Voci Aiaccini "U Bloggu di U ROSSU" Fédération de la Corse du Sud du PCF Supplément officiel à "la Voix d'Ajaccio"

Mot clé - Précarité

Fil des billets - Fil des commentaires

Paul-Antoine Luciani appelle à la "Solidarité avec le Secours Populaire"

SPF.jpg

Le premier adjoint au maire d'Ajaccio Paul-Antoine Luciani, a réagi lundi dans un communiquédont voici l'intégralité

"Un incendie a détruit le local de stockage du Secours Populaire dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 août. Chacun connaît le dévouement, le travail et les résultats du Secours Populaire qui contribue, à son échelle, à soulager bien des détresses et à donner un peu d’espoir à tous ceux – de plus en plus nombreux – qui font appel à lui. Cet incendie crée une situation très délicate qui pourrait compromettre la pérennité locale de l’organisation. Quelle que soit l’origine de ce sinistre, qui n’a pas fait de victimes humaines mais des dégâts matériels très importants, il appelle, en retour, un élan de solidarité à l’égard de ces bénévoles dont la raison d’être est justement la solidarité. L’urgence pour le Secours Populaire est un nouveau local qui pourrait lui permettre de poursuivre ses missions, aujourd’hui plus utiles et nécessaires que jamais. Même si le mois d’août est peu propice aux actions solidaires, appel est lancé à toutes les bonnes volontés : le Secours Populaire a besoin de vous ! Appel est lancé également lancé à toutes les collectivités qui doivent faire un geste supplémentaire dans la situation présente, et assurer la continuité à Ajaccio d’une association de bénévoles, devenue organisme d’utilité publique et Grande Cause Nationale."

U Rossu est informé de:

Merci d'adresser vos dons auSPF2A,10 Montée St Jean BP 614 20186 AJACCIO CEDEX2 Mario Papi membre,bénévole de la commission financière du SPF2A

 

Fonctionnaires en colère

logocgt.gif

Une grève a eu lieu ce mardi dans la fonction publique.

Une très large intersyndicale (d'où est absent le syndicat nationaliste)a appelé à cette journée . Jean-Pierre Battestini, Secrétaire Régional de la CGT, fait le tour des problèmes. En quatre points.

1. Le gel des salaires

« En 2010, alors que l'inflation a frôlé les 2%, nous avons bénéficié d'une augmentation de 0,5% seulement. Pour 2011 et 2012, il est prévu que nous n'en ayons aucune. Et peut-être même pour 2013. Cela engendre une perte de pouvoir d'achat importante. D'autant que la cotisation pour les retraites augmente tous les ans. »

2. La précarité dans la fonction publique

« Plus d'un million de salariés de la fonction publique sont en contrat précaires. En Corse, cette situation concerne au moins 5 000 personnes. Ces salariés touchent souvent de très petits salaires, inférieurs à 1 000 euros, et ne sont pas titulaires. Ils vivent avec la menace de se retrouver à la rue. »

3. L'indemnité trajet

« Pour la Corse, on demande que celle qui est accordée dans le privé, et qui est de l'ordre de 200 € par an, s'applique aux fonctionnaires. Cette indemnité est destinée à palier le surcoût du carburant et la faiblesse des transports en commun. »

4. La suppression des emplois

« La mesure de non-remplacement d'un départ en retraite sur deux est maintenue. Pour la Corse, au moins 1 000 emplois ont été supprimés depuis 2007. On dénonce ce dogme du non-remplacement. » Dans une région où la fonction publique fait travailler un salarié sur trois, cet appel a été largement entendu.

(extraits de 24ORE)

 

ASSEMBLEE DE CORSE - Michel STEFANI

Observatoire de la cherté de la vie et des salaires

VIE_CHERE.jpg

La cherté de la vie en Corse n’est pas une chimère mais une réalité qui ampute depuis longtemps de manière récurrente le pouvoir d’achat des ménages insulaires. Le sentiment d’injustice et de colère est d’autant plus prononcé que des dispositifs existent, réfactions de TVA et continuité territoriale pour le franco de port, afin de soulager le handicap d’insularité au bénéfice des consommateurs. Le CRIEES a souligné les attentes fortes. Il y a une exigence exprimée depuis très longtemps, notamment dans les grands mouvements sociaux de 1989 et 1995. Depuis il faut reconnaître que, mis à part la prime de transport et sa revalorisation insuffisante, l’impuissance voulue de l’Etat qui ne contrôle pas l’usage de l’argent public et le refus patronal d’étendre cette prime au privé n’ont fait que concourir à l’aggravation des inégalités et de la précarité sur fond de zone franche. Voila pourquoi nous voyons dans le partenariat avec l’Etat plus que la possibilité de disposer des instruments de la statistique, mais parce que l’obligation de résultat s’impose, la possibilité de mettre en œuvre des mesures pour rétablir les choses en faveur des consommateurs. C’est pourquoi nous mesurons tout l’intérêt des trois dimensions essentielles à partir desquelles l’observatoire travaillera : structure de l’économie, entreprise, revenus et prix. Ce dernier point à propos duquel, à plusieurs reprises depuis 1989, nous sommes intervenus souvent seuls dans cet hémicycle, requiert la plus grande attention. Mis en perspective avec la pyramide des âges, l’écart de revenus de 7.5 entre les ménages les plus aisés et les plus modestes souligne le risque d’accentuation de la pauvreté compte tenu des ressources des retraités. Voila pourquoi il faut traiter conjointement le problème des salaires et décortiquer le mécanisme des prix. Connaître et comprendre, obtenir la transparence sont une nécessité pour agir efficacement. Pour ces raisons, brièvement rappelées mais non exhaustives, nous voterons pour la création de cet observatoire, que nous avions demandé avec insistance, en soulignant que des moyens humains et financiers lui sont attribués en conséquences. Cela traduit, enfin, l’affirmation de la volonté politique en ce domaine de la nouvelle majorité régionale confortée par la prise en compte des remarques que j’ai faites en Commission du développement, ici reprises sous forme d’amendements, afin que les organisations syndicales soient partie prenante du Criess et que l’appellation COSQUE soit complétée par l’ajout du mot social.

 

PRECARITE: Les Ateliers de la Fédération Corse du Sud

DOIT_FAIRE.bmp La fédération de Corse du sud du parti communiste français a travaillé sur les dossiers du logement et de la précarité. Des groupes de travail ont été constitués au sein de la section d'Ajaccio; ils ont produit les documents en pièces jointes qui seront des contributions à l'élaboration du programme populaire et partagé comme aux assises du foncier et du logement. Il est utile me semble-t-il d'en débattre, de les enrichir et de les faire partager.



Maxime Nordee

PRECARITE :

Pour les communistes, une visée d’émancipation sociale passe par la sécurisation des parcours professionnels. Toute l’histoire de l’humanité fut une lutte contre l’état précaire, le cueilleur a tout fait pour devenir chasseur, le chasseur pour devenir éleveur et cultivateur…

I. Instaurer une Sécurité d’Emploi et de Formation.(SEF)

Faire en 2011 pour l’emploi ce qui fut fait en 1945 pour la Santé (la Sécu) un dispositif ou tous les salariés bénéficient d’une Sécurité sociale professionnelle garantissant (- notamment en cas de chômage) maintien du salaire et droits à formation, assurant la transférabilité des droits d’un emploi à l’autre (avancement, ancienneté…). Il sécurisera les parcours professionnels. Avancée par les communistes, cette proposition a eu des échos notamment auprès des organisations syndicales: de la CGT . et Force Ouvrière…

II. Augmenter le SMIC (1600 E nets), relever les salaires et grilles, ouvrir des négociations salariales.

Porter le SMIC à 1600 E nets mensuels. Cela couterait …4 milliards d’euros (à rapprocher des 400 milliards consentis aux banques… qui ont versé 48 milliards d’euros à leurs actionnaires.(Rappelons que Mme L. Bettencourt gagne le SMIC …toutes les 6 secondes)

III. Sortir les jeunes de la précarité

Création d’une Allocation de recherche de premier emploi. Augmenter le niveau des bourses, les aides au logement. Mettre en place une garantie « logement »Proposition de loi du groupe communiste. Mettre en place un Plan pour l’emploi des jeunes (en transformant notamment les emplois précaires en emplois stables, cf point VI) Donner la parole aux jeunes avec la création de Conseils représentatifs de la jeunesse. Les communistes proposent aux collectivités : municipales, départementales, territoriales le vote d’un « moratoires » contre les expulsions, contre les coupures de gaz, d’eau, d’électricité etc…en Corse.

IV . Reconstruire nos capacités industrielles, lutter contre les suppressions d’emploi

L’industrie crée des richesses, elle crée des emplois. Or notre balance commerciale (industrielle, hors énergie) est déficitaire, L’emploi stable, la maitrise des technologies, la transmission des savoirs (rien ne garantit que les 150 000 prochains départs dans la métallurgie seront remplacés, ils sont compromis par la politique du gouvernement,



Une étude de Gilles Leblanc (Professeur à l’Ecole des Mines) indiquant que la productivité en France a cru de 80%. L’industrie devra s’inscrire dans un développement durable .L’ impulsion d’une nouvelle politique industrielle doit conduire le patronat à investir dans la recherche, l’innovation, la formation des hommes, l’apprentissage…Le secteur public étendu et démocratisé, le Pôle Financier Public nouvellement crée, ce pôle doit stimuler le développement industriel respectueux des hommes et de l’environnement.

V . Le secteur privé



Instituer le CDI comme Loi pour tout recrutement dans secteur privé, contre toute suppression d’emplois stables et contre les délocalisations ? Cette loi Responsabiliserait les « donneurs d’ordres » (par exemple - lors des passations et des renouvellements de contrats avec les PME. Élever le niveau des qualifications (investir dans la formation).

VI. le secteur des services publics

Transformer les emplois précaires (850 000) en emplois stables et statutaires dans le secteur public. Doter nos services publics et CT des emplois nécessaires pour répondre aux besoins. Responsabiliser et missionner les organismes de formation - en vue d’un plan audacieux de formations adaptées à la demande et de bon niveau (en liaison avec l’Université et les CCI). Ces formations seraient gratuites pour les chômeurs et précaires - du fait que ces organismes sont subventionnés par la CTC.

Les contributions de chacun peuvent parvenir à "U Rossu" qui les transmettra à la direction fédérale ou directement à Fédération Corse du Sud PCF 2A Impasse Bertin 20000 AJACCIO