Voci Aiaccini "U Bloggu di U ROSSU" Fédération de la Corse du Sud du PCF-Supplément officiel à la Voix d'Ajaccio

Les "Rencontres Cinéma Histoire"

ANACR_affiche_1.jpg

Les "Rencontres Cinéma Histoire" organisées par l'ANACR 2A se dérouleront cette année du 8 au 11 avril prochain.

Les 8 et 9 avril à Ajaccio à l'Espace Diamant et les 10 et 11 avril à la CCAS MARINCA Porticcio.



Cette année, 70ème année de la libération de la Corse, nous aurons en avant première un très beau film-documentaire sur Léo Michelli, avec Léo Michelli "Nom de code : Léo". Nous aurons également "l' homme qui viendra" film italien (l'Oradour-sur-glane italien), "faire quelque chose" film-documentaire sur la rencontre de quelques-uns des derniers résistants français (femmes et hommes) de la seconde guerre mondiale, sans oublier "Tous Bandits d' honneur" d' après l' ouvrage de Maurice Choury. Pour les élèves du CM2 "le journal d'Anne Frank" et pour les secondaires "la vague".



Vous trouverez en Annexe le dépliant que vous pourrez imprimer ou telecharger .



Cet événement sera suivi par "U ROSSU" au moins une fois par semaine. ANACR2A.jpgContact Marléne RASORI

 

Interview de Dominique BUCCHINI à ACTU KURDE

Bucchini_2.JPGDans une interview accordée à l’ActuKurde,http://www.actukurde.fr/actualites/... ]M. Bucchini exprime sa solidarité avec les kurdes, justifie le statut de co-officialité de la langue corse, revient sur le modèle de l’Etat-nation français, expose les racines de la violence actuelle en Corse et propose des solutions.

SOLIDARITÉ AVEC LES KURDES

MAXIME AZADI : Alors que les gouvernements des pays européens gardent le silence face à la répression contre les kurdes, vous avez accueilli le 23 octobre une délégation kurde à l’Assemblée de Corse, que signifie cet accueil?

DOMINIQUE BUCCHINI : Parce que, je veux dire, il y a une association en Corse qui défend les kurdes (Amitiés Corse Kurdistan) que je connais bien, qui est souvent venue me voir et je partage les objectifs de l’association et j’en profite pour donner mes amitiés au peuple kurde. Celui qui se bat fort démocratiquement, il a raison, pour parler sa langue, pour vivre, parce qu’il représente 20 millions d’habitants à l’intérieur de la Turquie.

Peut-on espérer une coopération plus active entre les kurdes et les corses ?

-On peut réfléchir si, demain, on peut établir des éléments de coopération entre le peuple kurde et le peuple corse. Cela dit, à ce niveau-là, il faut regarder ce que sont les positions des gouvernements d’Europe et du gouvernement de la France.

Peut-on également parler d’une lutte commune par rapport aux revendications comme l’enseignement dans la langue maternelle et plus d’autonomie ?

-En Corse nous avons plus de compétences que les autres régions françaises, ce qui signifie déjà dans les faits, un peu plus d’autonomie dans le cadre de la république française.

Cela se justifie que, étant une île, et ayant des problèmes spécifiques liés à notre position géographique, nous avons besoin d’adapter les lois françaises à notre situation. Depuis 1980, dans le cadre de la République française, nous avons obtenu démocratiquement trois statuts particuliers qui font de la région corse la région la plus décentralisée de France.

Deuxièmement, au niveau de la langue, l’Assemblée de Corse a voté, il y a de cela un an, un statut de co-officialité de la langue corse. C’est-à-dire, non pas le corse par opposition aux français et non pas le français par opposition aux corses, mais les deux langues ensemble d’une manière conjointe et solidaire.

Lire la suite...

 

Y a t il un jour sans que l'on nous parle des Allemands et de leur modéle...

FRA_ALL.jpg

Les Allemands, champions du temps libre en Europe

par Clotilde de Gastines - 12 Juillet 2012 sur METIS http://www.metiseurope.eu/les-allem...

Les Européens occupent leur temps libre de manière assez similaire : priorité à la télévision et à la vie sociale. Il existe cependant des différences marquées entre Etats et entre les femmes et les hommes.



Contre toute attente, les Allemands sont ceux qui ont le plus de temps libre par jour : 5h46 (homme) et 5h19 (femme) contre 4h44 pour les Français, et 4h06 pour les Françaises d'après les enquêtes nationales sur l'utilisation du temps de 2006. Au cours d'une journée moyenne, les Européens ont en moyenne 5 de temps libre, quand les Européennes ont plus d'une heure de moins. Le temps moyen est calculé pour l'ensemble des personnes âgées de 20 à 74 ans, sur une année complète, y compris les jours ouvrables, les week-ends et les périodes de congé. C'est la raison pour laquelle le temps consacré, par exemple, au travail rémunéré est nettement inférieur à la durée normale d'une journée de travail. Ainsi, les Européennes consacrent 2h à 3h40 par jour au travail rémunéré ou aux études, tandis que les Européens travaillent entre 3h30 et 5h par jour. Les femmes ont pourtant moins de temps libre, parce que le nombre total d'heures de travail (incluant le travail rémunéré, les études et le travail domestique) est généralement bien plus élevé pour les femmes que pour les hommes, sauf en Suède, en Norvège et au Royaume-Uni.

La télé d'abord

La répartition des activités de temps libre est très similaire pour les hommes et les femmes d'un pays à l'autre. Regarder la télévision ou des films est clairement l'activité de temps libre la plus prisée. Cette activité représente de un tiers à plus de la moitié du temps libre total. Ainsi, un Français passe 2h08 devant la télévision sur son temps libre (4h44), quand un Allemand passe 1h59 sur ses 5h46 de temps de hors-travail (source HETUS).

Vie sociale

Après la télévision, les contacts sociaux viennent en deuxième position, représentant approximativement de 15 à 20 % du temps libre. « La famille, le travail et les amis sont en tête sur l'échelle des valeurs des Européens » explique Pierre Bréchon professeur de science politique à l'Institut d'études politiques de Grenoble, qui travaille à partir des résultats de l'enquête sur les valeurs des Européens. « La famille est estimée comme très importante par presque neuf personnes sur dix en France, le travail par presque sept sur dix, les amis et relations par une personne sur deux, les loisirs par un sur trois, tandis que la religion et la politique sont les deux domaines les moins plébiscités ».

Famille

En Europe, la famille arrive toujours largement en tête, le travail vient souvent en second mais pas toujours. Il est détrôné par les amis et relations, voire par les loisirs, dans plusieurs pays de l'Europe de l'Ouest (Suède, Irlande, Pays-Bas, Danemark, Finlande, Grande- Bretagne). Pierre Bréchon évoque plusieurs raisons : « quand on est relativement riche on peut davantage penser aux amis et aux relations qu'au travail. Le travail est toujours important mais il est moins valorisé et arrive en 3ème ou 4ème position. Le mouvement de valorisation des amis est aussi lié à ce qu'on peut appeler l'individualisation ou l'hédonisation. Cela dit, la crise tend à faire remonter l'indicateur : « le travail est un devoir social » » à l'Ouest de l'Europe. En France, les écarts de valeurs sont très forts selon les catégories sociales : les jeunes, les personnes ayant fait des études, les cadres, ceux qui ont des hauts revenus sont beaucoup plus soucieux de préserver leur temps libre. Les champions de la fête sont les Norvégiens (en moyenne 54 mn par jour) et les Belges (34 mn) devant les Anglaises (30 mn, contre 20 mn pour leurs congénères masculins), les Suédois et les Espagnols (26 mn). Les Bulgares et les Slovènes s'autorisent seulement quelques minutes de « visites et de festin » par jour. Là encore, c'est le niveau de vie qui permet d'avoir une vie sociale intense.

Culture, sport, etc...

Enfin, les autres activités de temps libre sont par ordre d'importance la lecture, le sport, le bénévolat. Les Allemands et les Belges sont ceux qui se cultivent le plus. Les Scandinaves et les Français et les Espagnols font davantage de sport. Le temps du bénévolat est plus difficile à apprécier. « Il est plus important au Nord de l'Europe qu'au Sud, précise le politologue. Le taux d'adhésion à des associations y est beaucoup plus important. Dans les pays scandinaves, entre 80 et 90% des personnes sont membres d'une association, 70 % des salariés sont membres d'un syndicat tandis que le taux d'adhésion associative est de 20% au Portugal, le taux de syndicalisation de 8 % en France ».

Les chiffres de l'enquête harmonisée HETUS datant de 2006, il faudra attendre la prochaine vague d'enquêtes pour apprécier l'impact de la crise économique sur ces utilisations du temps libre.

 

La République menacée par les langues de France ?

L'Humanité des débats Table ronde

dominique-bucchini.jpg

Avec OLIVIER AMIEL, docteur en droit, délégué du Mouvement républicain et citoyen (MRC) chargé de la culture.!!! DOMINIQUE BUCCHINI, président de l’Assemblée de Corse (PCF et Front de gauche). !!!RENé MERLE, historien, auteur.

Rappel des faits Le corse, l’occitan, le basque, le breton, le catalan, l’alsacien et autres langues régionales ou minoritaires parlées sur le territoire national sont aujourd’hui reconnues comme appartenant au patrimoine culturel de la France.

Faut-il encore que les conditions soient réunies et les moyens accordés pour assurer leur apprentissage et leur promotion. La pluralité culturelle et le plurilinguisme sont des enjeux qui prennent pleinement place dans le débat de la présidentielle. Rejetant tout repli identitaire, la valorisation des autres langues de France s’inscrit dans une ouverture aux autres et au monde. Elles ne menacent pas, comme certains s’en inquiètent, l’unité de la République ou le devenir de la langue française. «?Les cultures et les langues sont égales entre elles, comme les citoyens d’une même République?», écrivait Félix Castan. Écrivain occitan et théoricien de la décentralisation culturelle, il n’a eu de cesse de militer pour une «?nation une politiquement et culturellement plurielle».

Lire la suite...

 

LOGEMENT: Les Ateliers de la Fédération Corse du Sud

DOIT_FAIRE.bmp La fédération de Corse du sud du parti communiste français a travaillé sur les dossiers du logement et de la précarité. Des groupes de travail ont été constitués au sein de la section d'Ajaccio; ils ont produit les documents en pièces jointes qui seront des contributions à l'élaboration du programme populaire et partagé comme aux assises du foncier et du logement. Il est utile me semble-t-il d'en débattre, de les enrichir et de les faire partager.



Maxime Nordee



LE LOGEMENT :UN DROIT FONDAMENTAL

L’ONU considère le logement comme un des droits fondamentaux, mais ce droit de la République pour tous est traité par les politiques libérales comme une vulgaire marchandise, livrée au privé, soumis à la loi du marché

  • En Europe, la France avec 72 logements sociaux pour mille habitants arrive dernière le Royaume-Uni (86), le Danemark (102), la Suède (111) et les Pays-Bas (148).
  • La crise économique frappe les couches populaires et les familles les plus pauvres, le budget logement engouffre de 25 % à 50 % des ressources familiales. Le chômage en hausse, l’augmentation brutale du prix de l’électricité et du gaz accroissent les difficultés pour payer le loyer.

UNE CRISE PROFONDE DU LOGEMENT :

Notre pays connaît une crise profonde du logement : 1,4 millions de demandeurs de logements. La Fondation Abbé-Pierre rapporte que pas moins de 3,5 millions de personnes sont actuellement mal logées en France, dont près de 600 000 enfants qualifiés de victimes collatérales par l’association. A ces chiffres, il convient d’ajouter 1,5 millions de personnes en situation d’impayés et 6,7 millions en situation de réelle fragilité.

Le gouvernement, au lieu de répondre à cette situation, a décidé d’une forte baisse des aides de l’Etat pour la construction de logements sociaux. La loi de finances pour 2011 marque un recul de 2,6 % pour l’enveloppe ville logement. Pourtant jamais les familles n’ont consacré d’efforts financiers aussi importants pour se loger et, à l’opposé, l’effort financier de l’Etat n’a jamais été aussi réduit. La politique gouvernementale favorise la spéculation immobilière. Les logements du parc HLM sont ainsi vendus, au nom de l’opération médiatique du tous propriétaires. A un pouvoir d’achat déjà fortement amputé par l’inflation et l’augmentation des denrées alimentaires, se greffent des hausses de loyers sociaux bien au-dessus de l’inflation. S’y ajoutent, en plus de l’envol des tarifs de l’énergie (gaz, électricité, fioul) la participation mensuelle des locataires aux travaux d’économie d’énergie, l’augmentation des impôts locaux et les charges de gardiennage. La droite parlementaire veut faire payer aux organismes d’HLM - et donc à leurs locataires - les 340 Millions d’euros par an nécessaires pour pallier le désengagement de l’Etat en matière de rénovation urbaine. Ce serait un véritable hold-up qui augmenterait de 70 millions la cotisation des organismes HLM à la caisse de garantie du logement locatif social. Moins de moyens cela signifie moins de travaux, moins d’entretien dans les immeubles, et, dès lors, une dégradation de la qualité de vie des habitants des cités et du pouvoir d’achat des couches populaires qui voient leur loyer grimper sans que les travaux suivent alors que les bailleurs invoquent ce prétexte pour justifier les hausses.

Le gouvernement, tout en ponctionnant donc le logement social de 340 millions d’euros de recette dans le budget 2011, soit environ le prix de 20 000 logements, tente une opération poudre aux yeux à travers quelques décisions démagogiques. Le plafonnement de l’augmentation des loyers ne sert de fait qu’à limiter la progression des hausses, non à l’endiguer. Et la forte baisse des moyens financiers des offices HLM ne leur permettra pas de construire des immeubles et de réhabiliter leur parc de logements. Ces mesures touchent une fois encore, les foyers les plus modestes.

Nicolas Sarkozy a servi aux Français le slogan d’une France de propriétaires mais comment favoriser l’accès à la propriété des couches moyennes et populaires quand la masse des aides est dirigée ver le secteur privé et que rien n’est fait pour juguler la flambée de l’immobilier. Les choses ne semblent pas devoir s’améliorer au regard des décisions prises par le gouvernement dans le cadre du pacte de stabilité européen renforcé, visant à ramener le déficit des comptes publics de 7,7 % du PIB à 3% en 2013 et traduit par la Révision Générale des Politiques Publiques. Les dotations au logement se verront ainsi amputées de 1,45 %..



En CORSE

La gauche vainqueur des élections régionales en 2010 s’est engagée à organiser des assises sur le logement et le foncier. L’Assemblée régionale avait d’ailleurs voté à l’unanimité une motion en ce sens en mai dernier. Il faut en effet savoir que 80 % de la population en Corse est en droit de demander un logement social au vu de ses revenus. Avec une offre très insuffisante de seulement 22 000 logements sociaux sur notre île, le logement et la précarité ont été le thème central des élections territoriales. Ces assises sur le logement et le foncier ont donc été lancés en septembre dernier à Ajaccio, prélude à un vaste chantier de l’Assemblée de Corse et de l’exécutif régional pour lutter contre la spéculation, mais aussi définir une stratégie politique dans ce secteur en crise aiguë.



La Corse vit une situation décidément particulière où le nombre de résidences secondaires représentent 35 % de l’habitat global contre seulement 10 % en moyenne dans le reste de la France. Dans certaines zones côtières la proportion des résidences secondaires est même souvent supérieure à 60 %. Le logement social devient donc plus que jamais une urgence. En effet, seulement 10 % du parc du logement le représente (alors que les besoins en logements sociaux s’élèvent à 8000) contre 17% au plan national. Il est aussi utile de préciser qu’il n’y a aucun logement social dans 85% des communes de l’île.



Si en 2008, la Collectivité territoriale a participé au financement de 672 logements sociaux dont 355 constructions neuves et 377 réhabilitations, depuis, le désengagement de l’Etat n’a pas permis de réaliser les objectifs (320 logements sociaux au lieu des 600 prévues par le ministère). S’il est demandé à l’Etat d’engager une véritable politique nationale du logement et de la cohésion sociale pour résorber la précarité, il est inacceptable de constater que pour l’année 2008 2,5 millions d’euros sur les 7,5 alloués par l’Etat à la région corse n’ont pas été utilisés et de ce fait lui ont été restitués.

Les politiques nationales influent évidemment sur la politique régionale du logement ; la bataille contre les choix gouvernementaux est donc nécessaire. Notre littoral attire aussi les convoitises et la spéculation, au mépris de l’intérêt général et du respect de notre environnement ; maîtriser le foncier et développer le logement social sont des enjeux importants. Les communistes réclament une régulation par des politiques publiques pour faire baisser le coût du foncier et de la construction.




La réponse aux besoins sociaux est le moteur d’une société juste et moderne. Les communistes initient et soutiennent les initiatives qui luttent contre l’ultralibéralisme et résistent au capitalisme.

LES COMMUNISTES PROPOSENT :

Les communistes exigent le retrait du projet gouvernemental privant les organismes HLM de 340 millions d’Euros et le gel des loyers. Ils soutiennent les associations qui revendiquent une revalorisation des APL, de l’ordre de 20%, alors que la diminution prévisible de 10% des APL pendant 3 ans va aggraver considérablement les conditions de vie des locataires les plus modestes et plonger un nombre important d’entre eux dans les plus grandes difficultés.

Les communistes demandent avec l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains

  • Un gel des loyers et des charges dans les secteurs privés et publics.

  • Une revalorisation de 25% des APL, et son versement intégral à tous les assujettis y compris pour un montant inférieur à 15 euros.

  • L’abrogation des expulsions locatives.

  • L’abrogation de la loi Boutin.

  • La création d’un service public national du logement de l’habitat et de la ville avec un pôle public bancaire et financier, appuyé sur la Caisse des dépôts et consignation pour financer le logement social et l’affectation aux politiques du logement d’un budget égal à 2% du PIB.

Les contributions de chacun peuvent parvenir à "U Rossu" qui les transmettra à la direction fédérale ou directement à Fédération Corse du Sud PCF 2A Impasse Bertin 20000 AJACCIO

 

Jacques Attali plus loin que Nicolas Sarkozy ?

attali_1_.jpg"U Rossu" a lu sur le Blog de Jean-Marie Harribey d' Alter_Eco.gif http://alternatives-economiques.fr/...

Jacques Attali remet aujourd’hui au président de la République un nouveau rapport de la « Commission pour la libération de la croissance » qu’il préside, contenant 25 propositions pour enfin réformer le pays dans les dix prochaines années. Sans doute, les 316 propositions que la commission avait émises en janvier 2008 avaient-elles fait long feu. Ou bien la commission est devenue plus modeste. Plus modeste ou plus brutale ?

.../...

La fin de la prise en charge à 100 % des maladies graves de longue durée (cancer, diabète…), quelles que soient les ressources des malades, et le déremboursement de certains médicaments participent à la « modernisation » de la Sécurité sociale pour laisser plus de place aux assurances complémentaires privées. C’est une « modernisation » qui fleure bon le démantèlement.

En pleine bataille sur les retraites, la Commission de Jacques Attali apporte sa pierre à l’édifice en confortant le projet du gouvernement, allant même plus loin pour la période post-2020. Reporter l’âge de la retraite est la bonne mesure pour le court terme et, pour le long terme, il faut allonger la durée de cotisation : « Augmenter la durée de vie professionnelle permet de concilier amélioration des finances publiques et stimulation de la croissance. » L’individualisation du système de retraites est recherchée avec la proposition de mettre en place des comptes notionnels (voir sur ce blog notre critique dans « Un jour, tu seras vieux mon fils », 10 juillet 2009, et « Retraites : attention au dernier coup de Jarnac »).

.../...

Enfin, ce dernier rapport de la Commission Attali adopte des propositions qui, au regard de sa propre problématique – promouvoir la croissance –, s’inscrivent pleinement dans la logique néo-libérale : la rigueur budgétaire et l’austérité pour les pauvres sont censées nous sortir de la récession. On connaît ce programme : il échoué depuis plus de trente ans. Demain encore, il échouera et, de plus, il nous engouffrera dans une voie sans issue car il sera incapable de concevoir un avenir non productiviste.

Le cru Attali 2008 et celui de 2010, c’est double zéro pointé.

Lire l'article complet surhttp://alternatives-economiques.fr/...

 

AMITIES CORSE KURDISTAN

ScannedImage.jpg A la demande de la Fédé 2A du PCF, U Rossu publie ici un communiqué de Dominique TORRE Présidente de l'Association AMITIES CORSE/KURDISTAN, au moment de son départ au KURDISTAN de Turquie, dans la ville de Diyarbakir.Voici le premier article pour le blog, elle nous donnera d'autres nouvelles le 18 au soir.

LE PROCES DU 18 OCTOBRE CONTRE LES MAIRES KURDES

Suite au succès du Parti pro Kurde, le BDP ( Parti pour la Paix et la Démocratie), lors des élections municipales et régionales de mars 2009,

plus de 2000 représentants de la société civile, personnes politiques et syndicalistes Kurdes ont été arrêtés et incarcérés dans les geôles turques.

Pour le BDP, " il s'agit du plus grand mouvement de répression organisé contre les dirigeants politiques et associatifs Kurdes".

Le 18 octobre, à Diyarbakir, commence le procès de 151 personnalités politiques, dont 41 femmes. Les peines encourues sont de 15 ans à perpétuité. Ils seront tous jugés pour "terrorisme", avec des dossiers qui ne contiennent aucune preuve.

Madame Gülcihan SIMSEK, 32 ans, en détention provisoire depuis 15 mois, a écrit depuis sa cellule " Nous sommes les enfants d'un peuple nié dont on veut couper les liens avec leurs racines. Nous sommes jugés pour nos idées; notre langue est interdite; notre identité n'est pas reconnue. Nous sommes maintenus en détention de manière totalement injustifiée."

Les camarades des associations " Amitiés Corse Kurdistan", "Solidarité et Liberté" de Marseille, Daniel Voguet représentant du PCF, le député européen allemand de DIE LINKE représentant de la GUE/NGL seront présents à l'ouverture du procès.

Par notre présence dans la salle d'audience, nous apporterons notre soutien aux efforts de paix et à la lutte pour la démocratie menée par ces représentants kurdes. Nous rencontreront également le Maire métropolitain de Diyarbakir, Monsieur Osman BAYDEMIR, actuellement sous contrôle judiciaire.

Le Bureau politique du BDP appelle les responsables politiques et tous les défenseurs des droits humains à exprimer leur soutien.

Dominique TORRE Présidente d'Amitiés Corse Kurdistan

 

Lu pour vous en attendant le 23.....

U Rossu a lu pour vous dans le dernier numéro d'Alternatives Economiques

La voie étroite de l’emploi des seniors

Comment se situe la France sur le plan de l'emploi des seniors à la veille de la réforme des retraites ? La question n'a cependant de sens que si on observe parallèlement la situation des moins de 55 ans. Dans un certain nombre de pays de l'est et du sud de l'Europe, comme l'Espagne, l'Italie, la Grèce ou encore la Pologne, les taux d'emploi sont plus faibles que la moyenne à la fois pour les 25-54 ans et chez les 55-64 ans. A contrario, dans un autre groupe de pays rassemblant à la fois l'Allemagne, les pays scandinaves et le Royaume-Uni, les taux d'emploi sont élevés tant chez les 25-54 ans que chez les 55-64 ans. La France, en compagnie de la Belgique et de l'Autriche, se trouve dans une situation intermédiaire : contrairement au premier groupe de pays, son taux d'emploi des 25-54 ans est supérieur à la moyenne européenne, mais à l'inverse du second, le taux des 55-65 ans est inférieur. C'est le résultat d'une politique qui a poussé les salariés les plus âgés vers la sortie au nom de la lutte contre le chômage.

Cette page est en train de se tourner, et le taux d'emploi des 55-64 ans a commencé à augmenter : il était de 39,7 % au second trimestre 2010, contre 38,7 % en 2005. Maintenir l'emploi des plus âgés implique cependant, entre autres choses, de réduire la pénibilité du travail. Les pays nordiques, qui affichent les meilleurs taux d'emploi des plus de 55 ans, l'ont compris depuis longtemps.

Reporter l'âge du départ à la retraite n'a également de sens que si cela n'entraîne pas une dégradation de la situation des moins âgés. Si ce n'est pas le cas, cela se traduit certes par une diminution des pensions à verser, mais aussi par un développement du chômage. Un chômeur coûte moins cher qu'un retraité, mais le but aurait quand même été largement raté en matière de restauration des équilibres financiers de la protection sociale. Tout en ayant accru la désespérance sociale liée au chômage de masse. Dans le contexte actuel, il convient manifestement d'être prudent sur ce plan… carte_seniors.jpg

Alter_Eco.gifhttp://www.alternatives-economiques...

 

Section de PORTO VECCHIO et la commémoration de la Libération de la Corse

bonafedi.jpg

Jean Paul STROMBONI, de la section de Porto Vecchio, informe U Rossu



A l'occasion de la commémoration de la libération de la Corse,

Samedi 4 Septembre 2010, à 16heures, à la bibliothèque LIVIA VIA à LEVIE,

Projection du film consacré à

Charles BONAFEDI,

réalisé par

Dominique MAESTRATI, cinéaste



La projection sera suivie d'un échange avec le cinéaste sur ce documentaire qui retrace la vie de jeunes corses, engagés sur les chemins de la liberté

*Charles BONAFEDI est né en 1924. Un brillant avenir s’ouvrait devant lui puisqu’il avait réussi à 17 ans le concours d’entrée à l’école normale, dans le but certainement de devenir instituteur. Mais malheureusement les événements vont modifier son destin. L’occupation de la Corse à partir du 11 novembre 1942 par les troupes italiennes va entraîner son intégration dans le tissu de la Résistance. Selon le témoignage de Léo Micheli, dès le mois de mai 1943, Charles BONAFEDI a été sollicité par ce dernier pour distribuer une cinquantaine d’exemplaires d’ “appel au Peuple Corse” du premier mai qui invitait à prendre les armes pour chasser l’ennemi..

Bio complète à http://membres.multimania.fr/colleg... réalisée dans le cadre du concours de la Résistance et sur le site des AMIS de la Résistance http://www.resistance-corse.asso.fr...

 

Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité

Les plus Hautes Autorités de l’Etat ont fait le choix de jeter à la vindicte publique des catégories entières de population : Gens du voyage accusés comme les étrangers d’être des fauteurs de troubles, Français d’origine étrangère sur lesquels pèserait la menace d’être déchus de leur nationalité, parents d’enfants délinquants, etc. Voici que le président de la République accrédite aussi les vieux mensonges d’une immigration coûteuse et assimilée à la délinquance, et offre ainsi à la stigmatisation des millions de personnes en raison de leur origine ou de leur situation sociale.

Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche ne s’inscrit pas dans le débat légitime, dans une démocratie, sur la manière d’assurer la sûreté républicaine. Le nécessaire respect de l’ordre public n’a pas à être utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires. Ni pur instituer des peines de prison automatiques, contraires aux principes fondamentaux du droit pénal, à l’indépendance de la justice et à l’individualisation des peines.

La Constitution de la France, République laïque, démocratique et sociale, assure ‘l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Nul, pas plus les élus de la nation que quiconque, n’a le droit de fouler au pied la Constitution et les principes les plus fondamentaux de la République.

Notre conscience nous interdit de nous taire et de laisser faire ce qui conduit à mettre en péril la paix civile.

Nous appelons à une manifestation le samedi 4 septembre 2010, devant la préfecture de Corse à Ajaccio, à 17h.

Les signataires :

4_Sept.bmp

 

HOMMAGE A JEAN NICOLI

ANACR2A.jpg ANACR 2A nous communique :Avec toute la série de mesures ultra securitaire intégrant la "différence" dans la nationalité Française,nous nous souviendront que des hommes et des femmes sont morts pour lutter contre ces exclusions...On commence par les sans papiers, puis réfugiés du Havre, on continu avec les Roms!!! quels seront les prochains? Où va s'arrêter SARKO !!!!

U Rossu espère que beaucoup de communistes et sympathisants seront présents pour se souvenir mais aussi pour réagir.

FIGURE EMBLÉMATIQUE DE LA RÉSISTANCE CORSE




Jean NICOLI demeure un personnage exemplaire, un symbole de la Résistance corse contre le fascisme. Il en fut l’un des nombreux martyrs et c’est le 30 août 1943 qu’il périt, décapité par les fascistes italiens parce qu’il refusait d’être fusillé dans le dos.

Il accepte son sort tragique avec courage et dignité. Dans la nuit précédent sa mort dans sa dernière lettre il demandera à ses enfants de porter pour tout deuil : « un œillet rouge et une tête de Maure ». « A cette heure suprême, je comprends le sourire des martyrs… si vous saviez le bonheur de mourir pour les spoliés de la terre. »

Le LUNDI 30 AOUT les résistants et les « Amis de la Résistance » se souviendront de Jean NICOLI, un hommage lui sera rendu ; ainsi qu’à toutes celles et tous ceux qui avec lui ont arpenté la Corse pour préparer l’insurrection dès la capitulation italienne ; qui ont fait don de leur vie pour la liberté et la lutte contre le fascisme. moulin_bas.gif

A Ajaccio à 18h30 devant la plaque lui rendant hommage, là où il a été arrêté avec ses compagnons, Bd Mme Mère, à l’angle du Bd. Mme Mère et Rue Solferino).

A San Gavinu di Carbini, son village natal, à 11 heures devant le monument édifié à sa mémoire.

Que leur mémoire reste vivante, qu’ils servent d’exemple aux jeunes générations tant il est vrai que « le ventre est encore fécond d’où surgit la bête immonde ».

Fait à AJACCIO, le 25 Août 2010 La Presidente, Jacqueline. WROBLEWSKI

Comité de la Corse-du-Sud des Anciens Combattants et Amis de la Résistance

Maison du Combattant. 1, Boulevard Sampiero

20000 AJACCIO Cedex

www.resistance-corse.asso.fr

 

Le monde selon le capital...............

Le monde selon l'agence de notation Standard & Poor's

A293022B.gif



A regarder la carte du risque attaché à la dette des Etats selon l'agence de notation financière Standard & Poor's (S&P), on n'éprouve pas beaucoup de surprise: le monde tel que le perçoivent ces analystes payés à prix d'or ne diffère guère du planisphère de la richesse par habitant. Les Etats classés AAA par S&P, autrement dit ceux auxquels les épargnants peuvent en théorie confier leur bas de laine les yeux fermés, sont les plus riches de la planète. A l'autre extrême, les pays pauvres ou instables sont les plus mal notés, en conséquence de quoi on leur réclame les loyers de l'argent les plus élevés

La suite sur http://www.alternatives-economiques...

 

Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité

xenophobie.png Paris, le 4 août 2010



Une avalanche de discours et d’annonces provocatrices s’est abattue depuis plusieurs jours sur notre pays. Jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, on entend des propos qui étaient jusqu’à présent l’apanage de l’extrême droite. Le président de la République, lui-même, montre du doigt des communautés et des groupes sociaux entiers, stigmatise les Roms, les Gens du voyage, les étrangers, les Français qui ne sont pas « de souche », les parents d’enfants délinquants, etc. Ce faisant, il ne lutte en rien contre la délinquance, qui est répréhensible pour tout individu sans distinction de nationalité ou d’origine : il met délibérément en cause les principes qui fondent l’égalité républicaine, alors que déjà une crise sociale et économique d’une extrême gravité menace la cohésion de la société tout entière.



En quelques jours, les plus hautes autorités de l’ État sont passées de l’exploitation des préjugés contre les Gens du voyage au lien, désormais proclamé, entre immigration et délinquance, puis à la remise en cause de la nationalité française dans des termes inédits depuis 1945. Ce qui est à l’uvre dans cette démarche s’inscrit dans une logique de désintégration sociale porteuse de graves dangers.




Il ne s’agit plus du débat légitime en démocratie sur la manière d’assurer la sûreté républicaine, mais bien d’une volonté de désigner comme a priori dangereuses des millions de personnes à raison de leur origine ou de leur situation sociale. Quelle que soit la légitimité que confère l’élection, aucun responsable politique n’a reçu mandat de violer les principes les plus élémentaires sur lesquels la République s’est construite.




Parce que le seuil ainsi franchi nous inquiète pour l’avenir de tous, nous, organisations associatives, syndicales et politiques diverses mais qui avons en commun l’attachement aux principes fondamentaux de la République laïque, démocratique et sociale, rappelons avec force que l’article 1er de la Constitution « assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion », et que toutes propositions qui méconnaîtraient cette règle fondatrice de la démocratie constituent une atteinte à la paix civile.




Nous n’accepterons sous aucun prétexte que le nécessaire respect de l’ordre public soit utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires.




Nous appelons donc l’ensemble des citoyens de ce pays à manifester publiquement leur opposition aux stratégies de stigmatisation et de discrimination et aux logiques de « guerre » qui menacent le vivre ensemble. A cet effet, nous proposerons dans les prochains jours à la signature en ligne un « Appel citoyen » refusant toute politique de la peur ou de la haine. Et nous appelons à un grand rassemblement citoyen à l’occasion du 140e anniversaire de la République, le samedi 4 septembre Place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, pour dire ensemble notre attachement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité qui sont et qui resteront notre bien commun.

''AC ! Agir ensemble contre le chômage, Les Alternatifs, Les amoureux au banc public, Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association France Palestine Solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association nationale des Gens du voyage catholiques (ANGVC), Association républicaine des anciens combattants (ARAC), ATTAC, Autremonde, Cedetim,Confédération française démocratique du travail (CFDT),Confédération générale du travail (CGT), La Confédération Paysanne, La Cimade, Le Cran, Droit au logement (DAL), Emmaüs France, Europe Ecologie, Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI), Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), Fédération SUD Education, Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), FNASAT-Gens du voyage, Fondation Copernic, France Terre d’Asile, Gauche unitaire, Groupe d'information et de soutien des immigrés (GISTI), Les Jeunes Verts, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’enseignement, Marches européennes, Médecins du Monde, Le Mouvement de la Paix, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), le Parti communiste français (PCF), le Parti de Gauche, le Parti socialiste (PS), Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme (RAIDH), Réseau Education Sans Frontière (RESF), SNESUP-FSU, SOS Racisme, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Union syndicale Solidaires, Les Verts.''

 

Dominique BUCCHINI-« BIODIVERSITE ET ALIMENTATION »

festival_millau.jpg

MILLAU Festival "Les Pieds sur Terre"

!!INTERVENTION DE M. DOMINIQUE BUCCHINI, PRESIDENT DE L’ASSEMBLEE DE CORSE / JEUDI 1er JUILLET A 14H

Monsieur le Sénateur (M. Alain FAUCONNIER, sénateur-maire de St Afrique), Monsieur le Président (M. François BONNEAU, Président du Conseil Régional du Centre), Monsieur le Vice-Président (M. André ASCHIERI, Vice-Président du Conseil régional PACA, maire de Mouans Sartoux), Madame et Messieurs les Maires (Mme Françoise BUFFET, maire adjointe de Strasbourg, Philippe NAUCHE, maire de Brive la Gaillarde)

Chers collègues,Mesdames et Messieurs,

Je ne saurais commencer mon intervention sans vous remercier de m’avoir invité à l’édition 2010 de votre festival « Millau les pieds sur terre » et de me permettre d’introduire la conférence-débat consacrée au « territoire producteur local d’alimentation, de la terre à l’assiette ».

C’est donc avec beaucoup d’humilité que j’aborde la problématique de la biodiversité, eu égard à l’antériorité de votre territoire en matière de réflexion et de conduite de projets dans ce domaine.

Je dresserai tout d’abord un rapide panorama de l’état de la biodiversité au niveau européen et français puis évoquerai la problématique « biodiversité-alimentation » au niveau mondial avant de présenter un exemple de valorisation de la biodiversité en Corse : la démarche certification.

Lire la suite...

 

Répondre à la question sociale en priorité.

Contribution de Michel STEFANI 35ème Congrès

La préparation du 35ème congrès du PCF est à présent dans la phase des Congrès départementaux. C'est la dernière étape avant que les délégué(e)s de toute la France se retrouvent au CNIT les 18, 19 et 20 juin prochains.

Au précédent Congrès ordinaire, les communistes dans leur grande majorité, ont fait le choix de continuer leurs luttes pour le changement de système et de société, avec le PCF, en le transformant afin de mieux répondre aux exigences que cette ambition nécessite. Ils ont également convenu de la tenue de ce Congrès extraordinaire, d'étape, pour évaluer la pertinence de leur stratégie de rassemblement et des transformations intervenues ou à venir au plan de l'organisation et du fonctionnement de leur Parti.

Le Conseil national dans ce cadre a mis à leur disposition les documents et les arguments d'analyse s'agissant d'une part du devenir du parti communiste, non pas au sens partisan des choses, mais véritablement comme l'outil dont le peuple, et particulièrement la classe ouvrière, a besoin dans son combat anticapitaliste et émancipateur, d'autre part des leçons que nous pouvons tirer de l'expérience engagée avec le Front de gauche.

Enfin le il a décidé d'inscrire ce travail préparatoire dans la riposte quotidienne à la politique antisociale de la droite et du Medef. L'initiative nationale en faveur du droit à la retraite à 60 ans et la défense du système par répartition en en l'illustration la plus concrète en ce moment. Inutile donc d'aller en Italie ou en Allemagne chercher l'explication de ce qui se passe chez nous. Nos choix sont radicalement différents de ceux retenus dans ces pays par les camarades intéressés. En Italie, c'est évident, ils ont conduit à une disparition (dilution) des forces communistes organisées au plan national. Ce processus de lente agonie du PCI a été mené, durant une trentaine d'années, y compris par ceux la mêmes qui s'en faisaient les défenseurs patentés.

Lire la suite...

 

Pourquoi le foot business va dans le mur............

FOOT_BUSIN.bmp

Thierry Pech Alternatives Économiques n° 292 - juin 2010

En trente ans, le football professionnel a suivi les transformations du capitalisme et changé de modèle économique. Un mauvais arbitrage.

En juillet prochain, plus d'un milliard de téléspectateurs regarderont la finale de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud. Cette audience est à l'image du développement sans précédent du ballon rond depuis une trentaine d'années. En 1980-1981, les recettes globales des clubs professionnels français s'élevaient péniblement à 77 millions d'euros (en euros constants 2009). Aujourd'hui, selon la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), le gendarme financier du secteur (1), le foot hexagonal totalise un chiffre d'affaires de 1,27 milliard. Un score cependant encore modeste par rapport aux 5 milliards du foot allemand et à ses 110 000 emplois.

Les clubs les plus prestigieux atteignent des sommets d'activité: selon le palmarès 2010 du cabinet Deloitte, le Réal de Madrid est la première équipe sportive, toutes disciplines confondues, à générer plus de 400 millions d'euros de revenus (2). Certes, il y a longtemps que ces "entreprises de spectacle sportif" ont jeté aux orties leurs valeurs associatives pour se transformer en sociétés commerciales. Mais l'histoire s'est accélérée depuis les années 1980: des fonds d'investissement sont entrés dans leur capital et plusieurs clubs ont tenté l'aventure en Bourse.

Les joueurs ont été les premiers bénéficiaires de cet essor. En 1971, le célèbre défenseur Marius Trésor recevait 2 500 euros par mois (en euros constants 2009). Thierry Henry empoche aujourd'hui plus de 1,4 million d'euros mensuels. Depuis la fin des années 1990, les salaires des joueurs de la Ligue 1 française ont été multipliés par plus de trois et ceux de la Premier League anglaise par cinq. Mais c'est justement là que le bât blesse: pris dans l'engrenage qu'ils ont eux-mêmes alimenté, les clubs ont une masse salariale (environ 7 milliards d'euros au niveau européen) qui n'a d'égal que leur endettement (un peu plus de 6 milliards). Et le suspense des compétitions commence à pâtir de la concentration des meilleurs joueurs dans les clubs les plus riches.

Comment en est-on arrivé là?

Cet engrenage est d'abord le résultat de l'universalisation du foot, notamment via la télévision. Sa fédération internationale, la Fifa, comptait huit membres au début du XXe siècle, contre 208 aujourd'hui. Avec 26 milliards de téléspectateurs cumulés, la Coupe du monde 2006 a talonné l'audience des jeux Olympiques d'Athènes.

A ce mouvement de fond s'ajoutent des mutations plus récentes. Le foot est passé dans les années 1980-1990 (3) du modèle SSSL (subventions, spectateurs, sponsors locaux) au modèle MMMMG (médias, magnats, marketing, marché global). De Tapie à Berlusconi en passant par le milliardaire russe Roman Abramovitch, des investisseurs aux ambitions plus ou moins nobles ont remplacé les maigres subsides des municipalités et des entreprises régionales. De nombreux clubs anglais sont aujourd'hui la propriété d'actionnaires basés aux Etats-Unis (comme Manchester United) ou dans des paradis fiscaux (les Bahamas pour Tottenham, les îles Caïmans pour Birmingham…), abritant des montages couverts par le secret (4). La billetterie bon marché et les buvettes d'autrefois font figure d'artisanat local comparées à l'industrie des produits dérivés, au sponsoring des grandes marques et aux stratégies commerciales des nouvelles enceintes transformées en centres de profit.

L'explosion des droits de retransmission des compétitions a pris une part prédominante à ce bouleversement: en euros constants de 2000, ils sont passés de 1,5 million en 1983-1984 à 580 millions en 2008-2009 pour les Ligues 1 et 2 françaises. Cette flambée s'explique par la multiplication des chaînes privées dans les années 1980-1990 et par le fréquent monopole des fédérations nationales et internationales sur les appels d'offres, des fédérations qui ont ainsi profité à plein de la concurrence entre diffuseurs.

Autre facteur décisif: la libéralisation du marché des transferts. Le foot étant plus que jamais une activité économique, la Cour européenne de justice a considéré, dans son arrêt "Bosman" en 1995, qu'il relevait du droit communautaire. Le principe de libre circulation des travailleurs devait donc s'y appliquer sans réserve, mettant fin aux quotas de joueurs étrangers dans les équipes. Les meilleurs ont alors pu rejoindre les clubs les plus offrants, enclenchant un mécanisme d'inflation salariale et de nomadisme professionnel sans précédent.

Voir en ANNEXE le schéma de répartition de la FFF

Lire la suite dans ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES http://www.alternatives-economiques...

 

Marie-George Buffet-Déclaration à la réunion FDG

Rencontre Front de gauche Paris, le 9 juin 2010

Marie-George_Buffet_Reduc_2009-03-08.jpg

Chères camarades,Chers Camarades,

Cette réunion doit nous permettre d’affirmer notre volonté et surtout d'examiner les conditions politiques pour passer à une nouvelle étape du Front de Gauche.

Cela suppose un examen attentif des convergences et des différences de points de vue que nous avons. Cela suppose d'aller au bout de la confrontation d'idées sur ces dernières pour examiner leur dépassement possible ou non afin de mettre, si cela s'avère possible et je le souhaite, en place les dispositions concrètes de cette nouvelle étape.

Nous avons bien sûr, de larges convergences sur l’analyse de la crise et de la situation politique en France, en Europe et dans le monde.

La sérieuse défaite de Nicolas Sarkozy aux élections régionales ne l’a nullement dissuadé de poursuivre sa politique. Celle-ci a des conséquences extrêmement graves pour la vie quotidienne de millions de nos concitoyennes et de nos concitoyens.

Il s’agit pour lui, en pleine connivence avec les patrons du CAC 40, de détruire le modèle social et public français en accélérant l’application zélée du dogme économique de l’ultra libéralisme à notre pays, comme l’Europe essaie de l’imposer à tous les états de l’union.

Pourtant la reproduction et l'accélération des mêmes mécanismes avec la mise en œuvre de politiques d'austérité risque de créer les conditions de nouvelles crises

Lire la suite...

 

RENCONTRE PCF-PG-GU

Compte rendu de la réunion du Front de Gauche du 9 juin 2010

logo_FDM_ok.jpg Marie George Buffet et Pierre Laurent conduisaient la délégation du PCF (*) lors de la rencontre du Front de Gauche du 9 juin.

Cette rencontre, rappelons-le, faisait suite à une demande du PCF dans une lettre adressée aux deux formations partenaires en date du 12 mai 2010.

Dans cette lettre, Marie-George Buffet et Pierre Laurent faisaient des propositions déclinées autour de trois axes :

* prendre des initiatives importantes de riposte face à la nouvelle offensive des dirigeants capitalistes en Europe pour faire payer la crise aux peuples européens;

* ouvrir de nouveaux espaces de développement du Front de gauche;

* construire un projet politique capable d’ouvrir une perspective alternative en vue des échéances de 2012.

Lire la suite...

 

Marie-George BUFFET-Rencontre-débat à AJACCIO

le 8 juin 2010

Introduction par Maxime NORDEE, secrétaire départemental de Corse du sud, pour introduire le débat. C’est à débattre et à échanger que nous vous invitons maintenant avec

Marie George BUFFET, secrétaire nationale,

Dominique BUCCHINI, président de l’assemblée de Corse,

Maria GUIDICELLI, membre du conseil exécutif de la CTC,

Michel STEFANI, secrétaire régional,

Jean Charles NEGRE, membre du conseil national,

Paul Antoine LUCIANI, 1er adjoint au maire d’Ajaccio

Etienne BASTELICA, président du groupe,

Viviane BIANCARELLI, élue territoriale, militante communiste.

C’est avec plaisir que je vous accueille, ici à Ajaccio, pour cette rencontre débat avec les communistes, les communistes corses et quelques uns de leurs responsables nationaux, ainsi que nos partenaires du Front de gauche. Nous aurons ainsi l’occasion d’aborder toutes les questions que vous vous poser, que nous nous posons et de construire ensemble des pistes de réponses.

Je souhaite tout spécialement la bienvenue à Marie-George BUFFET, notre secrétaire nationale du parti communiste français qui nous honore par sa venue aujourd’hui à Ajaccio.

Dans l’analyse des résultats des élections territoriales, est-il nécessaire de rappeler le travail accompli par les communistes durant la campagne ? D’abord, nous avons réaffirmé que, pour battre la droite et changer de politique en Corse, il fallait construire un projet, un programme avant même que de constituer des listes. Ce projet nous l’avons construit avec des centaines de participants lors des Etats généraux de l’alternative et des ateliers thématiques qui les ont suivis. Il a été synthétisé dans le document, largement diffusé durant la campagne, intitulé « les 20 propositions pour changer de politique en Corse ».

Ensuite seulement, la liste du front de gauche a été constituée, avec pour tête de liste, notre camarade, D. BUCCHINI, dont l’engagement politique et l’honnêteté sont reconnus de tous, y compris de nos adversaires politiques. Cette liste, composée de communistes et de non-communistes, présente des candidats différents des autres listes. Ces candidats sont en effet le reflet de la société insulaire avec des représentants du monde du travail, des syndicalistes, des travailleurs issus du monde de l’entreprise et des services publics mais aussi du monde agricole, avec aussi des militants de l’action culturelle et de l’action sociale. Tous sont issus des différentes microrégions insulaires.

C’est dans cette configuration, nouvelle et d’ouverture, que la liste du front de gauche, et après une multitude de débats publics à travers toute la Corse, a dépassé la barre des 10%.

Lire la suite...

 

Conférence de Section du Grand Ajaccio

Extraits du Compte-rendu des débats de la Conférence de Section du grand Ajaccio

Statue_de_Napoleon_et_ses_freres_sur_la_place_de_Gaulle.jpg

La Conférence de Section du Grand Ajaccio s’est déroulée sur toute la journée du samedi 29 Mai 2009.

L’introduction a traité de la situation de la crise internationale et de la volonté de faire payer cette crise capitaliste seulement au peuple sans toucher aux profits des banques, des boursicoteurs, des spéculateurs..../...

Le 1er texte a donné lieu à un débat

sur l’évaluation de nos choix de congrès et la poursuite de leur mise en œuvre. Des points forts ont été relevés : la crise du système capitaliste devient insupportable pour notre peuple. La droite a été battue aux régionales mais il faut concrétiser pour 2012. Le phénomène d’abstention traduit un manque de confiance envers les partis politiques dont nous faisons parti.

Les Etats font payer aux peuples la crise (ex : La Grèce) mais des résistances s’organisent. Il y a nécessité de faire grandir les résistances victorieuses et aussi des idées alternatives aux politiques actuelles pour une véritable transformation en profondeur de la société. Les échéances électorales des Présidentielles, des législatives en 2012 mais aussi celles des cantonales et sénatoriales en 2011 doivent nous engager sur ces objectifs de transformation de notre société.

Quant au Front de gauche, s’il a ouvert un espoir à gauche, l’alternative est encore à construire. Ouvrons-nous davantage pour un Front populaire très large afin de créer un mouvement majoritaire. Le PCF doit se renforcer pour mener à bien cette bataille.

De ce 1er texte, les militants ont tenu à souligner quelques grandes lignes : Le très fort mécontentement de la population contre la politique de Sarkozy, mais aussi le rejet des partis politiques traditionnels dans la jeunesse. Par rapport à cette situation, notre section doit prendre à bras le corps ce problème et orienter ses initiatives dans les quartiers populaires, la jeunesse, les entreprises ..../... Le Front de gauche n’est pas encore largement porteur d’espoir de changement et ne cristallise pour le moment qu’une partie très politisée de la société. Nous sommes aujourd’hui la force militante majeure, il faut passer à une autre étape, celle d’un front social et intellectuel, d’actions et de projets. La mondialisation capitaliste a mis une chape de plomb sur les possibilités d’une alternative et cela pèse sur les gens, mais il y a des batailles victorieuses comme à l’Hôpital d’Ajaccio (où 25 postes de soignants ont été gagnés). La manif du 27 mai sur les salaires, l’emploi et les retraites a aussi été une réussite.

Avec le Front de gauche, la forme parti est moins visible et cette démarche attire des gens de gauche très proches de nous. ;;;:;;;. Nous devons être au contact avec les gens, travail de proximité, soigner notre communication pour gagner la bataille idéologique..

Le 2ème texte sur la transformation du parti

à suscité un débat intense pendant toute l’après-midi. Il se résume ainsi : A travers une société bouleversée par les évolutions et la crise du système capitaliste, le parti doit évoluer pour répondre aux enjeux de notre époque. Nous confirmons le choix du Parti communiste . Nous devons tenir un discours clair et précis pour être compris par tous. Quelques traits importants de cette 2ème partie :

  • les adhérents doivent devenir acteurs de notre politique (et non supporters)
  • Les nouveaux adhérents doivent être formés (nous avons commencé à le faire en tenant précédemment 2 stages).
  • La parité doit être appliquée dans sa totalité pour permettre d’ accéder aux plus hautes responsabilités.
  • Construire des résistances avec les syndicats, associations etc…
  • Nous devons améliorer nos relations avec les élus par un travail plus collectif.
  • Amplifier nos relations avec les médias à tous les niveaux de nos structures.

.../...

Conf_rence_de_section_du_grand_Ajaccio_003.jpg

Vue partielle de la salle

Points forts soulignés :

Les militants doivent s’impliquer dans la vie de la cité pour être crédibles et partir des problèmes des gens pour les intéresser, les inciter à s’engager à nos côtés sur les valeurs humanistes, solidaires, de Paix, de luttes, etc…. Nos élus doivent pouvoir s’appuyer sur les initiatives du PCF .../...

Le Front de gauche en Corse n’était pas pour les régionales un cartel mais cela a contribué à nous élargir.

Une bataille doit être menée pour un changement de constitution (6ème république). Notre assemblée se prononce pour l’élection d’un représentant de notre région à la Direction nationale..

Enfin, les participants ont validé un bureau de section :

  • Jean Pierre Maginot
  • Jacques Perona
  • Yves Lledo
  • Jacqueline Lledo
  • Mario Papi est chargé de l’animation du secteur de Bastelicaccia.

Pour les animations des autres secteurs l’étude est en cours.

Nous donnons rendez-vous à tous les Camarades pour participer au CONGRES DEPARTEMENTAL qui aura lieu le Samedi 5 juin à 9 h. à la CCAS de Porticcio.

- page 1 de 2