maria_guidicelli_mi.jpg Cher (e) ami (e),

En ma qualité de conseillère exécutive en charge du PADDUC, je suis invitée à participer à un débat qui se déroulera le 4 août, dans le cadre des "ghjurnate di Corti".

Elue du Front de Gauche, je suis sollicitée pour participer à un débat public qui aura lieu, néanmoins, dans un cadre politique spécifique : celui du rassemblement annuel du mouvement indépendantiste "Corsica Libera".

L'une de mes responsabilités au sein du Conseil Exécutif de Corse (et pas des moindres) est l'élaboration du PADDUC. J'ai choisi de conduire une démarche participative de co-construction, qui semble porter ses fruits au regard du consensus qui s'est dégagé autour des orientations politiques qui ont été actées à l'Assemblée de Corse le 26/07/2012, alors que nous avons approuvé le modèle de développement choisi pour la Corse pour les 20 à 30 ans à venir.

Ce modèle de développement a été largement partagé bien au-delà de l'hémicycle et de l'Assemblée délibérante, et je considère que notre capacité à faire partager le projet de société équitable et solidaire dont la Corse a un besoin urgent est la garantie d'un PADDUC acceptable soutenable et durable, en particulier pour l'immense majorité des corses qui attendent des réponses à leurs besoins élémentaires et légitimes : emploi, niveaux de revenus décents, logement, accès aux soins,...autant de sujets majeurs qui constituent les fondements des valeurs du Front de Gauche.



Il nous appartient maintenant de décliner les orientations politiques fondamentales qui structurent le projet de société et de les traduire dans un Projet d'Aménagement et de Développement Durable (PADD), il s'agit là de la phase 2 du PADDUC qui est en cours.

Nous nous attacherons, dans un troisième temps, à écrire le schéma d'aménagement (principes de localisation des grandes infrastructures, cartographie générale et cartographies spécifiques des espaces stratégiques).



Je considère qu'il est de ma responsabilité de mettre en débat les options politiques que l'Assemblée de Corse a validées et qui constituent ma "feuille de route" pour écrire cette "phase 2" du PADDUC.



Par conséquent, répondre à l'invitation de Corsica Libera, est pour moi le moyen de proposer, partager et défendre l'approche sociale et humaniste du modèle de développement que nous voulons pour la Corse.

C'est bien ainsi que je présenterai ma participation à cette manifestation, à laquelle je ne suis d'ailleurs pas la seule élue régionale conviée (seront également présents Pierre Chaubon, Pierre Ghionga, Jean Baptiste Luccioni,...).

Ne pas répondre à cette invitation reviendrait à considérer qu'il y a une frange des citoyens de cette île avec lesquels je refuserais de dialoguer... Ce qui n'est pas concevable, dans un contexte où la Corse a besoin, plus que jamais, de paix, et de dialogue.

L'avenir de notre île dépendra de notre capacité collective à proposer un projet de développement dont l'enjeu majeur doit être est de réduire la fracture sociale et territoriale, laquelle est source d'inégalités et de précarité, pour tous ceux qui y vivent, y travaillent, ou y élèvent leurs enfants.

En un mot, l'occasion m'est aussi donnée de présenter et défendre l'approche qui est celle du Front de Gauche, une approche résolument sociale qui a placé l'humain au cœur du projet de développement.

Maria GUIDICELLI.