MNor_-_Copie.jpg

Rapport introductif : Maxime Nordée

"La Crise" est le mot récurrent de cet été

  • Crise grecque
  • Crise européenne
  • Crise sociale et économique
  • Crise des migrants, de la paix...

Mais la crise ne freine pas la reprise des bénéfices des entreprises du CAC 40 qui augmentent de 34%, ni des affirmations de Valls et Sapin qui persistent à parler de "reprise d'activité", en annonçant que la priorité du gouvernement est de maintenir le cap et que les mesures et réformes en cours (CICE et autres) vont produire des effets bénéfiques. Pourtant un rapport de l'INSEE, du 14 Aout dernier , indique que la croissance reste nulle dans le pays, que l'investissement est en baisse, comme la consommation des ménages et de la production industrielle. Les mesures austéritaires, imposées par l'Union Européennes, et mises en oeuvre par le gouvernement Valls, mettent à mal le peuple en mettant en place des exonérations pour les entreprises, des cadeaux fiscaux pour les grandes entreprises sans contrepartie de création d'emplois, ni d'amélioration des salaires. Au contraires, le CICE, la Loi Macron et autres, au lieu de sortir le pays de l'austérité, le plongent au coeur de l'ultralibéralisme, de la remise en cause des acquis sociaux, des 35 h., et à la merci des politiques low cost. Cette politique austéritaire s'inscrit dans un contexte international, national et régional de récession et de perte des repères.

Les questions internationales :
  • La Grèce : le stand national du CN sera aux couleurs de la Grèce le samedi à la Fête de l'Humanité.
  • pose la question de l'Europe et de l'Euro, surtout comment changer cette politique austéritaire, dans le carcan de l'Europe actuelle, comment construire une alternative crédible aux politiques d'austérité.
  • La Turquie : Solidarité avec les Kurdes
  • Palestine : réaction à "Tel Aviv plage"
  • En Asie : délégation du parti au Japon (70 ans d'Hiroshima et Nagazaki)
  • En Chine début juillet
  • Au Viet Nam en novembre
Les questions européennes et nationales :

Elles son évidemment, directement liées. On l'a vu avec la crise agricole et les éleveurs de la filière porcine, la réforme de la PAC et un gouvernement qui refuse de mener une autre politique que celle de la libre concurrence, ne protégeant ni les producteurs, ni les consommateurs. La question des migrants en France et en Europe n'est traitée que par des mesures sécuritaires qui ne règlent en rien le problème. La confusion politique règne tant sur le plan national avec des démissions chez les verts d'EELV, que sur le régional avec les alliances contre nature révélées lors des sénatoriales puis des municipales et qui vont sans doute travailler à une recomposition politique, pour les territoriales. La campagne des élections territoriales commence à prendre forme et nous avons besoin de déployer partout :

  • initiatives, rencontre de citoyens engagés (cf Serra di Scopamene), visibilité avec des affiches (cf affichage à Ajaccio),
  • expression et besoin de mener de manière offensive et coordonnée notre appel au rassemblement pour créer les conditions de construire des pactes régionaux de progrès et des listes de large rassemblement sur des bases anti -austéritaires.

Le Bureau départemental a travaillé en ce sens en rencontrant en juillet diverses organisations syndicales et mouvements associatifs, et aussi nos partenaires du Front de Gauche. Nous devons les revoir mercredi prochain, après une réunion du collectif de travail pour l'élaboration du projet qui s'est tenue le 30 juillet à Ajaccio. Nous aussi travaillé, en concertation avec nos camarades de Haute-Corse. D'abord en les rencontrant le 6 juin à Corté puis en participant aux réunions du Front de Gauche les 27 juin et 18 juillet. Les 1er éléments pour mener la campagne territoriales ont été battis à partir de la constitution d'une liste au 1er tour du parti et des partenaires du Front de Gauche qui souhaitent le rassemblement, et sur un projet politique clair anti-austéritaire. Dominique Bucchini, Président de l'Assemblée de Corse sortant, a naturellement été sollicité pour mener cette liste et être son porte-parole.

Un 1er document de 8 pages a été publié : "Ouvrir le débat, faire renaître l'espoir à gauche". Il analyse le contexte politique actuel et offre les conditions d'une perspective à gauche. Les camarades sont sollicités pour proposer des contributions écrites.

Une Conférence régionale du parti se tiendra le 5 septembre à Corté. Il nous reste à bâtir ce projet, à le faire vivre, "A Corsica in cumunu, La Corse en commun" et à constituer une liste cohérente, offensive et de rassemblement dans la clarté pour mener la bataille contre la droite, l'extrême droite, et promouvoir une politique de gauche antiaustéritaire, de refus des abandons et des compromissions. Nous avons à faire aussi le point sur la Fête de l'Humanité et le retour des bons des soutiens en voyant comment mettre en œuvre le renforcement du parti. Cette question du renforcement implique également une dynamique sur la question de la trésorerie (cf. ADF et logiciel nouveau).