brunin.jpg Monsieur Luciani, cher ami,

De retour sur Ajaccio, je souhaite vous exprimer toute ma sympathie à l'occasion du décès de Monsieur Albert FERRACCI. Je découvre aujourd'hui ce que fut la vie de cet homme : résistant, enseignant, responsable politique tout entier donné au service des populations, avec un grand sens de l'équité et de la justice. Il était mû par un grand idéal humaniste qui forme à la fois le fil conducteur et le sens profond de toute sa vie d'engagement.

Monsieur FERRACCI appartient à cette lignée de militants qui forcent le respect par leur abnégation et leur engagement au service des autres. Je mesure que pour ses camarades, le départ de Monsieur FERRACCI fait vivre douloureusement une absence.Mais celle-ci n'est pas un vide car sa vie constitue une référence permanente pour tous ceux et celles qui militent au service de l'homme et de l'intérêt général.

Permettez-moi de vous dire que je discerne dans ce qui fut la vie de Monsieur FERRACCI, des couleurs de l'Evangile. Le Dieu que Jésus-Christ nous révèle et auquel je crois profondément, accueillera avec joie celui qui nous quitte.

Respectant sa mémoire et ses convictions, je ne puis m'empêcher de porter dans ma prière personnelle le départ de ce militant.

Dans la foi chrétienne, nous croyons que tout ce qu'il a réalisé par son engagement et tout ce qu'il est ne peut pas mourir. "Celui qui aime a déjà vaincu la mort" (saint Jean).

A ceux qui pleurent Monsieur Albert FERRACCI, à ceux qui continuent à semer le sillon qu'il a tracé, je veux dire mon estime et mon respect, ainsi que ma sympathie dans ce moment de deuil.

Soyez aimable de transmettre les condoléances de l'évêque de Corse aux membres de sa famille.

Bien amicalement à vous.

+ Jean-Luc BRUNIN