Introduction par Maxime NORDEE, secrétaire départemental

Cher(es) camarades,

L’année 2013 aura été une année de difficultés et de souffrance pour la très grande majorité de nos concitoyens. Plus de 1000 plans de licenciements et le saccage de nos emplois industriels continuent de plus belle pour le seul profit d’actionnaires avides de dividendes et de rendements financiers. Le gouvernement renonce à toute ambition de relance sociale et se rallie systématiquement aux dogmes de l’austérité et de la compétitivité contre les salariés. Les impôts sont alourdis pour les plus modestes pour payer de nouveaux cadeaux fiscaux aux entreprises…

En Corse, la crise s’aggrave aussi : crise de l’emploi, baisse du pouvoir d’achat, précarité, menaces sur les services publics ( SNCM - Air France – la Poste …).

Je ne vais pas énumérer tout ce qui fait le désarroi de celles et ceux qui attendaient de ce gouvernement une politique de justice sociale après avoir enduré, durant 10 longues années, une politique de droite au service des plus riches. S’il me fallait résumer la posture du gouvernement, je dirais qu’il n’est plus dans une adaptation au capitalisme, chère aux sociaux démocrates, mais dans la mise en œuvre d’une politique pour le capitalisme financier mondialisé, en plein dans les orientations ultralibérales de l’union européenne. Ce retournement a des conséquences économiques et sociales terribles. Il aura aussi des conséquences politiques dont on peut craindre le pire, si des millions d’hommes et de femmes de notre pays qui préfèrent « l’Humain d’abord » au « chacun pour soi » ne se mobilisent en 2014.

En cette année 2014, les occasions seront nombreuses de se mobiliser et d’inverser, avec les organisations syndicales , avec le parti communiste et l’ensemble des organisations du Front de gauche, les rapports de force : - pour faire annuler la hausse injuste de la TVA intervenue au 1er janvier - pour obtenir une réforme profonde de la fiscalité afin de rendre l »impôt plus juste - pour démontrer que, contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, ce n’est pas le coût du travail qui est la cause du chômage mais bel et bien celui du capital.

Mobilisations dans les luttes mais aussi dans les urnes. Les élections municipales seront l’occasion de construire des rassemblements utiles pour faire progresser des politiques publiques de progrès social et de solidarité. Les éléctions européennes seront l’occasion de dire non à l’Europe du capital, pour l’Europe des peuples.

En Corse du sud, la construction de ces rassemblements, dans l’intelligence des situations locales, reste difficile. C’est un combat. A nous de la mettre en mouvement avec notre parti communiste et ses militants.

Nous allons faire le point, avec les responsables de sections de la préparation et dela constitution des listes pour les municipales ce matin. Après le repas, durant lequel une délégation s’absentera pour accompagner notre regretté camarade, Jean François Vinciguerra, décédé hier, nous consacrerons l’après-midi à un débat sur l’Europe avec Marie Christine VERGIAT, députée européenne du Front de gauche. Nous y verrons l’importance d’avoir des élus communistes et du Front de gauche ainsi que le rapport qu’il y a entre les différents niveaux d’élections.

PACE E SALUTE