Voci Aiaccini "U Bloggu di U ROSSU" Fédération de la Corse du Sud du PCF Supplément officiel à "la Voix d'Ajaccio"

U Rossu vous informe de la CONFERENCE DE PRESSE UNION DEPARTEMENTALE CGT 2A

logo-cgt.jpg

MARDI 10 AVRIL 10h Dans nos locaux

L’union départementale CGT de Corse du sud organise une conférence de presse à laquelle vous êtes invités le Mardi 10 avril à 10h30 dans nos locaux. Elle appelle ses militants ses adhérents et l’ensemble des salariés à prendre la mesure de l’importance d’une participation massive à l’élection présidentielle, l’abstention ou la résignation ne sont pas une solution. Après 5 ans de recul sociaux un changement de politique s’impose pour la prise en compte des intérêts des salariés. Les projets immédiats du gouvernement en place ne sont pas acceptables Règle d’or, TVA sociale, accord compétitive emploi, loi Warsman nos votes doivent changer la donne ;

Élection présidentielle, changer de politique, conquérir la justice sociale.

Les salariés, retraités et privés d’emploi, comme l’ensemble des citoyens, femmes et hommes, sont appelés à participer à l’élection présidentielle les 22 avril et 6 mai prochains.c’est un rendez-vous important pour l’expression démocratique. A ce titre, la CGT ne saurait être neutre, surtout au regard de la gravité de la situation. Après des décennies de creusement des inégalités, la répartition des richesses doit désormais privilégier les revenus des salariés, des retraités, les minima sociaux et la protection sociale. Elle doit être réorientée vers l’efficacité économique et sociale. La première des insécurités est bien sociale. Elle est aussi la conséquence de choix politiques. Face à la mainmise des marchés financiers sur l’ensemble de l’économie et sur les choix de société il faut combattre la spéculation, mettre en place des dispositifs pour financer des activités créatrices d’emploi, investir dans une véritable politique industrielle et développer les services publics prenant en compte l’impératif de développement humain durable.

Face aux pouvoirs des actionnaires devenus exorbitants, il faut donner plus de droits d’intervention aux salariés dans les entreprises et au-delà. A tous les niveaux, entreprises grandes ou petites, territoires, filières d’activité, État et collectivités … la démocratie sociale doit être une priorité.

La CGT réaffirme ses dix exigences pour sortir de la crise :

• Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux (SMIC à 1700€)

• Contrôler les aides publiques aux entreprises

• Contraindre les entreprises à des alternatives aux licenciements

• Supprimer les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires

• Stopper les suppressions d’emplois

• Développer les politiques publiques et les moyens des services publics

• Réformer la fiscalité en profondeur

 

COMMUNIQUE du SYNDICAT CGT desS MARINS à la PRESSE et aux SALARIES de la CMN et de la SNCM

CGT_Marins.jpgLe 30 Mars 2011 .

Le syndicat CGT des marins, sections CMN et SNCM, a suspendu son mouvement de gréve uniquement pour créer les conditions du plus grand rapport de forces, pour obtenir les engagements nécessaires a !'adoption de Ia proposition de loi qui impose le pavillon français de premier registre dans les secteurs exclus du R.I.F et afin de stopper le projet politique funeste qui menace toujours les salaries de Ia Méridionale et de Ia SNCM avec le Service Public de continuité territoriale, au détriment de l'emploi et des usagers.

En effet, après l'ouverture d'une ligne a prédominance fret, en dehors du contrat de Délégation de Service Public, entre Toulon-Bastia et Ajaccio, par Ia S.N.C.M, dans les conditions actuelles ; tout le monde peut constater aujourd'hui que les dangers identifies par Ia CGT et son Conseil juridique Maitre BONNEFOI, spécialiste en droit communautaire et en droit public, et qui ont été signales aux directions et aux actionnaires, dont l’État, se sont malheureusement confirmés.

Ainsi, Le 17 février 2012, Le PDG de Corsica Ferries et l 'autorité de Ia concurrence se réjouissaient en chœur de l 'ouverture de cette ligne, en declarant que cela allait déplacer a nouveau des trafics de Marseille vers Toulon et que non seulement il n'y avait plus aucune raison d 'étendre Ia Délégation de Service Public a Toulon mais qu'il fallait au contraire poursuivre sa réduction entre Marseille et Ia Corse. Le même jour les Présidents de Ia SNCM, assistes de conseils juridiques eminement proches du gouvernement, écrivaient aux élus de l 'Assemblée territoriale de Corse pour leur conseiller de laisser trancher le juge administratif sur l'avenir des Car Ferries dans le cadre de la DSP en cours et de maintenir le système dévoyé de l'aide sociale qui finance Corsica Ferries avec !'argent de Ia solidarité nationale, nos impôts !

Un tel scenario conduirait non seulement a Ia suppression des Car Ferries de Ia SNCM a partir de septembre 2012 avec un plan social a Ia cle, mais reviendrait également a offrir prés d'un demi-million de passagers transportes par ces navires en 2011 sur Marseille dans le cadre de la délégation de service public, a Ia compagnie italienne «low cost» Corsica Ferries et ses bateaux largement amortis de 30 ans et plus, qui viendront remplacer du printemps a l'automne, "DANIELL£ CASANOVA" et "NAPOLEON BONAPARTE".

Le patron de Corsica Ferries pourrait alors dorrnir tranquille Quel beau résultat après les Grenelle de Ia Mer et de l'Environnement !

Cela renforcerait donc 1'ecremage des compagnies délégataires du service public CMN et SNCM sur les meilleures périodes et les meilleurs trafics, y compris sur le fret entre Marseille-Toulon et les ports principaux de Bastia et d'Ajaccio.

Ce processus destructeur qui n'a cesse de s'amplifier depuis dix ans, au nom de la libre concurrence et au profit unique de Corsica Ferries qui navigue sous pavillon international(*), application maritime de Ia directive "BOLKESTEIN", ne peut que contribuer a un désengagement et la recherche de nouvelles économies par nos directions et les actionnaires, qui se feront nécessairement avec de nouveaux plans sociaux, au détriment de l 'emploi, des investissements navals, de Ia qualité de service et de la sécurité voire de l 'environnement.

Cela produirait également le contraire des effets recherches en matière de tarifs fret comme passagers, les recettes n’étant plus au rendez-vous pour les compagnies délégataires de Service Public qui doivent assumer, a juste titre, de véritables obligations de service public toute l 'année. Les tarifs seraient alors plus élevés pour les usagers tout au long de l 'année alors qu'en période de haute saison Ia guerre des prix fait actuellement rage sur Ia manne du transport de passagers touristiques avec des tarifs irréalistes, le temps que l'on disparaisse, avant d'augmenter bien au-delà des tarifs du Service public. .../...



L'exemple de Ia Sardaigne ou les prix ont ainsi double, vo1re triple devrait pourtant servir d'enseignement...

Pourtant, Ia session des 22 et 23 mars dernier, de l'Assemblée Territoriale de Corse a débattu du rapport du Président socialiste du Conseil Exécutif de Corse, et de sa délibération, en faveur d'une prochaine délégation de Service Public entre Marseille et Ia Corse réduite dans ses services et ses capacités, et qui laisserait tout le reste de Ia desserte de continuité territoriale, sur les meilleurs trafics et les meilleures périodes, offert a Ia libre concurrence de Ia compagnie italienne « low cost » Corsica Ferries, et pourquoi pas d 'autres, qui pratique depuis plus de 10 ans, le dumping social, fiscal et commercial pour nous éliminer.

Et ce ne sont pas les amendements déposés par le groupe communiste et adoptes par Ia majorité, qui pour l'heure, change Ia donne, bien qu'ils permettent encore de modifier ce futur dispositif funèbre, a condition que toute Ia gauche se ressaisisse(**), et que les engagements pris en commun par les Présidents du Conseil Exécutif et de l’Assemblée de Corse, Paul GIACOBBI et Dominique BUCCHINI, soient tenus, d'autant plus qu'ils ont été récemment repris par les candidats a !'élection présidentielle, Fran9ois HOLLANDE et Jean Luc MELENCHON.

Aussi, nous affirmons haut et fort que d'autres choix sont toujours possibles afin de concilier bonne gestion de !'argent public avec maintien de l'emploi, qualite de service et meilleurs tarifs pour les usagers, dans !'intérêt général. En conséquence, nous appelons !'ensemble des salaries a se tenir prêts a se mobiliser avec Ia plus grande force et détermination qui soit pour obtenir le respect des engagements pris et écrits :

- Par les Présidents Socialiste et Communiste, de Ia Collectivité Territoriale de Corse, Paul GIACOBBI et Dominique BUCCHINI, afin d'utiliser les dispositions que leur offre Ia réglementation pour qu 'il n 'y a it plus d 'ouverture de ligne en dehors de tout appel d 'offres lance par Ia Collectivité Territoriale de Corse suivant les besoins et les obligations qu 'elle établit, afin de mettre en œuvre un nouveau dispositif organise et régule sur I 'ensemble de Ia desserte maritime de continuité territoriale, entre taus les ports Corse et Marseille, Toulon et Nice, dans un cadre d’intérêt général.

-Parle Président Socialiste de Ia région P.A.C.A, Michel VAUZELLE, pour le dépôt et !'adoption de Ia loi proposée par notre Fédération afin que toutes les compagnies maritimes basées en France qui opèrent dans les secteurs exclus du Registre International Français et au cabotage national soient soumises au Pavillon Français de Premier Registre conformément a Ia réglementation française pour ses propres ressortissants.

- Par les directions et les actionnaires de nos compagnies C.M.N et S.N.C.M, dont l’État, d 'agir en véritables partenaires industriels, en répondant ensemble aux prochains appels d 'offres sur I 'intégralité de Ia desserte maritime de continuité territoriale, et au-delà dans le domaine du transport maritime en Méditerranée ; Avec !'arrêt de Ia ligne de la SNCM a Toulon et le repositionnement de l'Ile de Beauté, en saison sur le réseau Afrique du Nord notamment pour s'opposer a l 'ouverture a Ia concurrence sur le transport de passagers avec LD LINES-DFDS ; Et le Maintien de Ia totalité des services de Ia Délégation de Service Public en cours avec les deux Car Ferries jusqu'au ler janvier 2014, avec Ia suppression des subventions versées au titre de !'a ide dite sociale, qui profitent quasi-intégralement a Ia compagnie italienne « low cost », Corsica Ferries.

(*) Pavillon 40% mains cher qui ne respectent pas le droit social français et les obligations fiscales françaises et généralise / 'emploi de marins dans /es 27 pays de l 'Union Européenne par des contrats précaires via des sociétés de « Manning» (Interim), ainsi que L’emploi d 'extracommunautaires. C'est I 'application a notre profession et notre secteur d’activité de Ia directive« BOLKESTEIN » qui a pourtant depuis 2006 et sa révision, exlu le principe du pays d'origine concernant le droit du travail.

(**) Paul Marie BA RTOLI, Président de I 'Office des Transports de Ia Corse, Maire de Propriano et candidat Socialiste au.x prochaines législatives, lançait un appel solennel en décembre 2009, a Ia veille des dernières élections régionales, a tous les responsables de gauche qui dirigent actuellement Ia Collectivité Territoriale de Corse, disant en substance, qu'il était temps de se ressaisir tout en préservant sa diversité, autour des valeurs républicaines et de justice sociale, si chères a Jean JAURES, car il y a urgence a offrir une reelle alternative a Ia politique menée jusqu’à présent par Ia droite.