Voci Aiaccini "U Bloggu di U ROSSU" Fédération de la Corse du Sud du PCF Supplément officiel à "la Voix d'Ajaccio"

S.N.C.M. Motion FDG

M_Stefani__15_.jpg

ASSEMBLEE DE CORSE-2EME SESSION ORDINAIRE DE 2015 REUNION DES 17 ET 18 SEPTEMBRE 2015

DEPOSEE PAR : M. Michel STEFANI au nom du Groupe « ELU(E)S COMMUNISTES ET CITOYENS DU FRONT DE GAUCHE »



  • CONSIDERANT le rôle et la place que la SNCM occupe du point de vue social et économique en Corse,

  • CONSIDERANT que cette compagnie est en partenariat avec la CMN, l’opérateur historique sur la desserte maritime du service public de continuité territoriale entre le continent et la Corse depuis 1976,
  • CONSIDERANT que durant la période de redressement judiciaire, généralement défavorable à une bonne activité commerciale, la SNCM a fait la démonstration de sa viabilité en dégageant de la trésorerie, des taux de fréquentation et des résultats en progression notamment grâce au nouveau programme commercial hors DSP,
  • CONSIDERANT que la desserte publique maritime de la Corse a été essentiellement mise à mal par une concurrence déloyale et exacerbée, conduisant pour la première fois à une domination monopolistique de CFF sur le transport de passagers en période estivale, appuyée sur un écrémage à l’année du fret au détriment des compagnies délégataires du service public, la CMN et la SNCM,

  • CONSIDERANT que l’intérêt général exige de réglementer la desserte de continuité territoriale pour la stabiliser avec des opérateurs fiables et respectueux des obligations sociales, fiscales et environnementales,

  • CONSIDERANT qu’à deux reprises le Tribunal de commerce de Marseille a dû renoncer à confier la reprise de la SNCM à des candidats dont les offres étaient notoirement insuffisantes, voire médiocres,
  • CONSIDERANT que depuis un an maintenant, cette procédure injustifiée, sinon pour liquider la SNCM, suscite pour plus d’un millier de salariés en Corse et autant sur le continent la plus grande inquiétude,
  • CONSIDERANT que désormais le seul moyen de sortir correctement de cette impasse implique que la puissance publique dans toutes ses composantes prenne ses responsabilités,

L’ASSEMBLEE DE CORSE

  • AFFIRME son attachement à la préservation de l’emploi et du service public maritime de continuité territoriale.
  • DEMANDE que la réglementation découlant du pavillon premier registre français s’impose à tous les opérateurs maritimes candidats à la délégation de service public conformément à l’engagement du Président du Conseil Exécutif.
  • DEMANDE au gouvernement de valider l’introduction de ce critère d’intérêt général dans le cahier des charges et de le justifier auprès de la Commission européenne pour que soient respectées les prérogatives de la France et l’exercice des compétences de la CTC, autorité organisatrice de la desserte de continuité territoriale.
  • DEMANDE la prolongation du redressement judiciaire afin qu’une offre de reprise pérenne susceptible de garantir l’exécution du service public dans son périmètre économique et social le plus large puisse être portée en ce sens par la CTC et la Région PACA.
  • ESTIME que ce schéma, fondé sur le projet industriel le plus pertinent, permettra de garantir la pérennité sociale, industrielle et économique de la SNCM au service du développement durable de la Corse et de l’intérêt général.
  • DECIDE en conséquence d’engager les formalités nécessaires au dépôt d’une offre de reprise de la SNCM auprès du Tribunal de commerce de Marseille avec la participation d’un opérateur industriel sérieux, dans le cadre d’une SEM dont l’actionnariat, aux côtés des salariés, serait majoritairement constitué par la CTC et la région PACA, voire l’Etat.

Motion déposée par Michel STEFANI rejetée par la quasi totalité des élus. A part le Front de Gauche, personne n'en veut et cherche à éviter la question en Corse comme en PACA..

 

Rassemblement à l'hôpital d' Ajaccio le Mardi 30 juillet à 9h

logo-cgt.jpg

La CGT communique à U Rossu

L'Union départementale CGT DE Corse du sud vous appelle a participé au

Rassemblement à l'hôpital d' Ajaccio le Mardi 30 juillet à 9h

Le Conseil de surveillance se réunit pour décider del'adoption du partenariat public privé. Nous devons nous mobiliser pour soutenir les camarades de l' hôpital le secrétaire de l'union départementale CGT Jean-Michel Biond

 

SNCM-Une declaration de Viviane BIANCARELLI

viviane_Biancarelli_D.jpgLa grève par essence ça gêne ( pardon pour cette évidence) mais c’est le dernier moyen pour le salarié de se faire entendre. En général il y a un préavis déposé (il a un mois et demi pour la SNCM). Normalement lorsque l’organisation syndicale pose son préavis des négociations doivent être engagées pour éviter la grève . Logique non? Le préavis lui même est une demande de négociations . Alors ne nous trompons pas de cible . Pour que la grève cesse il faut que toutes les parties jouent leur rôle . Faire peser la responsabilité sur les seuls salariés menacés de perdre leur emploi est injuste. Et s’inscrit dans une logique libérale de plus en plus totalitaire. A ceux qui réclament une compagnie régionale : comptez vous interdire le droit de grève à ses marins ? Ils n’auront pas droit au progrès social? A la liberazione suciale? A ceux qui ne cessent de faire l’éloge de la CORSICA FERRIES , Je leur demandent si ils ont bien mesuré les conséquences des appétits de cette compagnie OPAQUE ? Sont ils sûres d’avoir les mêmes intérêts ? Pour finir , par les temps qui courent , sur fond de crise libérale qui étrangle les peuples ( surtout ceux du SUD) , ne devrions nous pas nous battre pour maintenir les emplois PARTOUT et rejeter tous les comportements de repli? C’est le fascisme qui nous guette. Viviane BIANCARELLI

 

Apres la manif du 3 Juin

Nous pouvons considéré que cette manifestation a été une réussite, pour une première initiative régionale, nous étions plus de 250 retraités venus de toute la Corse avec la présence d'une cinquantaine de grévistes de la Poste.

les médias d'ailleurs, qui d'habitude ne sont pas très sensibilisés par les revendications des retraités, ont relayé largement cet évènement avec des commentaires plutôt positifs.

La manifestation est partie de la Place Abbattuci vers 10H15 avec un camion aux couleurs de tous les syndicats et organisations de retraités présents, avec sono et musique, une ambiance très conviviale, colorée et animée par des slogans revendicatifs.

Nous nous sommes tout d'abord arrêtés devant la Préfecture, 10 représentants de chaque organisation ont été reçus par le directeur de cabinet du Préfet, nous avons été reçu dans une salle informatique pleine d'ordinateurs dans des conditions indignes d'une Préfecture nous avons eu le profond sentiment de mépris de la part des pouvoirs publics, nous avons d'ailleurs très fortement critiqué cette attitude indigne et ce manque de respects envers les 250 à 300 retraités qui manifestaient dans la rue. Nous avons précisé au représentant de l'Etat que nous étions en total désaccord sur les mesures qui avaient été prises par le gouvernement Valls mais aussi les mesures précédentes et que nous demandions de revoir leur copie. Les retraités ne seront pas les vaches à lait, ils ont travaillés et cotisés toute leur vie, et perçoivent des retraites qui ne permettent pas à la plus grande majorité de vivre dans des conditions normales.

Nous sommes intervenus en demandant une entrevue avec la Ministre Marilyse Lebranchue qui devrait être à Ajaccio le 7 Juillet pour débattre de la question de la Prime d'Insularité (ACI), Nous avons précisé que lors de sa dernière venue il nous avaient traités comme des chiffons puisqu'ils nous ont appelé le matin de la venue de la Ministre à 10H pour nous dire qu'il nous recevrait à 10H30, alors que nous avions fait la demande plusieurs jours auparavant. Nous avons demandé à la Préfecture de faire part au ministère de notre agacement voir de notre colère en précisant que le 7 juillet nous attendions des réponse sur la prime d'insularité dont le principe avait été voté lors d'une motion à l'assemblée de Corse en 1995.

Nous nous sommes ensuite rendus à la CTC, la même délégation a été reçue dans une salle adéquate par le Président de l'assemblée de Corse Dominique Bucchini.nous lui avons fait part de l'ensemble des revendications locales en lui rappelant que la CTC avait pour l'ACI aux retraités voté à l'unanimité une motion et que sur les transports aériens et maritimes nous avions rencontré le Président actuel de l'OTC et qui nous avait laissé plein d'espoir mais depuis plus aucune réponse à nos demandes d'entrevue et que cela était inacceptable.

le Président Bucchini nous a dit qu'il partageait toutes nos revendications il était d'ailleurs parmi nous au départ de la manifestation, il nous a dit qu'il ferait part au Président de l’exécutif et qu'il demanderait au président de l'OTC de nous recevoir rapidement afin que des discussions s'engagent et que le Président de l'OTC puisse proposer à l'exécutif un dossier sur les transports pour les retraités qui serait ensuite débattu et voté en séance plénière de l'assemblée de Corse.

Fort de l’impact de cette manifestation, les organisations de retraités ont décidé de se revoir pour entreprendre d'autres actions pour faire avancer nos revendications, pour la Corse du sud nous allons prendre rendez vous avec le Maire d'Ajaccio et Président de la CAPA pour demander la gratuité dans les transports urbains pour tous les retraités comme cela se fait dans d'autres villes et régions.

FORTI SAREMUU SI SAREMU UNITI;

Le secrétaire de l'USRCGT2A Patrick Maurel

 

Manifestation régionale du Mardi 3 juin 2014 rassemblement 10H place ABBATUCCI:

Faisant suite à la rencontre du 29 avril sur la préparation de la manifestation régionale du mardi 3 juin 2014, les associations et syndicats de retraités CGT 2A/2B, FGR FP, STC, FSU,CFDT, CFE CGC, ANR PTT, présentent à la réunion ont décidé,

L'organisation d'une Manifestation régionale du Mardi 3 juin 2014 rassemblement 10H place ABBATUCCI:


  • Direction Préfecture, entrevue avec Préfet pour faire part de notre profond désaccord sur les décisions du gouvernement et demander une entrevue à la ministre Marilyse Lebranchue lors de sa venue en Corse le 7 juillet.

  • Direction Collectivité Territoriale de Corse pour demander l'ouverture de négociations sur une prime d'insularité de 200€ par mois et la question de la réduction de 50% sur les transports aériens et maritimes pour tous les retraités résidants en Corse

Après la manifestation régionale du 3 Juin les organisation de retraités se retrouveront afin de décider d'autres modalités d'action et demander une entrevue au Maire d'Ajaccio et Président de la CAPA pour avancer sur la question de la gratuité des transports urbains pour tous les retraités.

Ci joint en annexe le tract de l'ensemble des organisations à éditer et à diffuser largement, chaque organisation est chargée de la diffusion massive de cet appel.

NOUS COMPTONS SUR CHACUN D'ENTRE VOUS POUR QUE CETTE MANIFESTATION RÉGIONALE DU MARDI 3 JUIN SOIT UNE RÉUSSITE.

De plus nous aurons pour la plupart le plaisir de pouvoir nous revoir et d'échanger, y compris avec les collègues de Bastia qui descendront en force.

BONNE JOURNÉE A TOUS et au plaisir de se retrouver.

Avec mes amitiés

Le secrétaire de L'USR CGT2A Patrick Maurel

 

Contre la politique d'austérité ,18 mars à 10h30 devant la préfecture à Ajaccio

Les communistes de Corse du sud ne peuvent accepter le pacte de responsabilité et la réduction des dépenses publiques tels que le gouvernement entend les mettre en oeuvre. Le mouvement populaire doit imposer d'autres choix car il est possible d'inverser le rapport de force. La mobilisation est plus que jamais nécessaire, c'est pourquoi la fédération du parti communiste appelle à soutenir et à participer à la

Manifestation intersyndicale du 18 mars contre la politique d'austérité à 10h30 devant la préfecture à Ajaccio.



le secrétaire départemental Maxime NORDEE

 

LES "INDIGNES SYNDIQUES" DE L’ILE DE BEAUTE

Depuis plus d’une semaine ils campent dans les aérogares de Bastia et d’Ajaccio pour contraindre Air France à respecter leur droit au travail.

45 jeunes salariés des aéroports d’Ajaccio et de Bastia luttent depuis le début du mois d’Octobre pour que la compagnie Air France respecte leur droit au travail. En vain. Aussi ont-ils décidé de passer à une nouvelle étape de leur combat en occupant jour et nuit depuis plus d’une semaine des locaux des deux principales aérogares de l’île. Que demandent-ils ? Simplement le respect par Air France d’une décision de justice prise en leur faveur le 27 Septembre dernier par le tribunal des Prud’hommes d’Ajaccio.

Agé(e)s d’une vingtaine à une trentaine d’années, ces 45 jeunes gens et filles sont employé(e)s, depuis 2005 pour la plupart, de façon précaire par la compagnie aérienne. Celle-ci utilise à leur égard des C.D.D. à répétition, en violation de la loi, et d’un accord conclu avec les syndicats qui visait à la création de C.D.I. en « temps partiel intermittent », garantissant 7 mois de travail à plein temps (lorsque le trafic aérien est en augmentation en Corse) et un salaire « lissé » sur toute l’année prenant en compte 5 mois chômés. Ce qui assurerait à chacun(e) un revenu moyen mensuel de l’ordre de 8 à 900 Euros. Face au refus persistant d’Air France de satisfaire cette bien modeste revendication, appel fut fait aux Prud’hommes.

Le 27 Septembre, le tribunal d’Ajaccio condamnait la Compagnie à requalifier 28 contrats C.D.D. en 28 contrats C.D.I. d’agents « service commercial » et « service avion ». Deux jours plus tard, le tribunal de Bastia faisait de même pour les 17 autres. Bien que cette dernière décision ait été exécutoire immédiatement sous peine de 6000 € d’astreinte par jour et par salarié, Air France a préféré faire appel. Depuis, elle prive ainsi 28 jeunes ajacciens et 17 jeunes bastiais du droit de travailler en refusant de leur fournir contrat de travail, grilles horaires et les sommes dues. Quitte à dépenser 102 000 € d’astreinte chaque jour à Bastia! Qu’attend l’Etat, actionnaire d’Air France à hauteur de 17 % pour exiger de l’entreprise l’application du jugement? interrogent les intéressés. Aussi, « Faites comme nous, indignez vous ! » invitent-ils en conclusion de la pétition lancée avec l’appui de la CGT, et de leurs collègues titulaires. Un appel déjà largement entendu puisque plus de 6000 signatures d’usagers ont été réunies lors des arrivées et des départs des deux aéroports, et plus de 2000 sur internet (www.petitions24.net). Entendu par les responsables et élus communistes des deux départements de l’île, venus sur place assurer les jeunes indignés de leur total soutien. Entendu jusque dans l’enceinte de l’Assemblée territoriale de Corse qui a adoptée une motion déposée par le groupe communiste et citoyen, pour lequel cette affaire témoigne aussi du désengagement du gouvernement et des grandes entreprises vis-à-vis de la Corse.

Jean Rabaté dans HUMA2.jpg

 

La lutte des personnels de santé en Corse

Sante_depenses_Frog_974_v1.jpg

Depuis plusieurs mois la lutte pour le maintien d'un véritable réseau de qualité est poursuivie par les personnels et leurs syndicats. La CGT nous fait parvenir une de ses initiatives que nous relayons bien volontiers. Les communistes restent mobilisés sur ce problème crucial.

Signez et faites signer la pétition en cliquant sur le lien ci dessous

http://www.mesopinions.com/Halte-a-...

 

Fonctionnaires en colère

logocgt.gif

Une grève a eu lieu ce mardi dans la fonction publique.

Une très large intersyndicale (d'où est absent le syndicat nationaliste)a appelé à cette journée . Jean-Pierre Battestini, Secrétaire Régional de la CGT, fait le tour des problèmes. En quatre points.

1. Le gel des salaires

« En 2010, alors que l'inflation a frôlé les 2%, nous avons bénéficié d'une augmentation de 0,5% seulement. Pour 2011 et 2012, il est prévu que nous n'en ayons aucune. Et peut-être même pour 2013. Cela engendre une perte de pouvoir d'achat importante. D'autant que la cotisation pour les retraites augmente tous les ans. »

2. La précarité dans la fonction publique

« Plus d'un million de salariés de la fonction publique sont en contrat précaires. En Corse, cette situation concerne au moins 5 000 personnes. Ces salariés touchent souvent de très petits salaires, inférieurs à 1 000 euros, et ne sont pas titulaires. Ils vivent avec la menace de se retrouver à la rue. »

3. L'indemnité trajet

« Pour la Corse, on demande que celle qui est accordée dans le privé, et qui est de l'ordre de 200 € par an, s'applique aux fonctionnaires. Cette indemnité est destinée à palier le surcoût du carburant et la faiblesse des transports en commun. »

4. La suppression des emplois

« La mesure de non-remplacement d'un départ en retraite sur deux est maintenue. Pour la Corse, au moins 1 000 emplois ont été supprimés depuis 2007. On dénonce ce dogme du non-remplacement. » Dans une région où la fonction publique fait travailler un salarié sur trois, cet appel a été largement entendu.

(extraits de 24ORE)

 

La caravane ANTI-MAFIAS : En route pour la légalité !

trans_med_mafia.jpg

 

Manifeste pour le droit au logement digne pour tous

Manif-pour-le-logement.jpg

Appel à la mobilisation

Rassemblement

44 organisations de la société civile corse, des associations et tous les syndicats,, sont signataires d'un « Manifeste pour le droit au logement digne pour tous ». Ce document est une contribution au débat sur le projet de PADDUC. Il affirme que le droit au logement doit être une priorité de l'action publique. Il a été transmis à chaque élu territorial.

Les signataires proposent l'organisation d'échanger avec le Conseil exécutif de Corse autour du manifeste dans le cadre d’une conférence territoriale. Cette proposition a fait l’objet de deux réunions de travail entre une délégation des signataires et Maria Guidicelli, conseillère exécutive en charge du PADDUC.

Le manifeste sera également déposé en préfecture. Les signataires rappellent que la politique du logement demeure essentiellement une compétence de l’Etat. Ils constatent que les choix actuels du gouvernement aggravent la crise du logement, notamment en privilégiant l’accès à la propriété au détriment du logement social, et en ponctionnant fortement le budget du logement social public au risque d’une privatisation accrue. Cette politique s’inscrit dans une logique marchande alors que le droit au logement est un droit de l’homme. Elle contribue aux dérives spéculatives actuelles. Elle a des conséquences désastreuses pour les citoyens. Le manifeste qui dénonce ces choix est également un cahier de doléances adressé au gouvernement.

Les signataires appellent à un rassemblement devant la

préfecture de Corse le vendredi 11 mars 2011 à 18h,

jour du dépôt en préfecture du « Manifeste pour le droit à un logement digne pour tous

  • Le Manifeste « pour le droit au logement digne pour tous » est téléchargeable sur : www.ldh-corsica.org

 

Hausse des tarifs aeriens et la CGT Retraités

14.JPG

Ça suffit !!!!!!!!! Basta !!!!!!!!!!!!!!

L’Union Syndicale des retraités Cgt Corse Sud dénonce la demande d’une hausse des tarifs aérien de 3,4 %, supérieure à l’inflation, faite à l’Office des Transports de Corse, par la direction d’Air Corsica, pour répondre à l’augmentation du baril du pétrole.

Une nouvelle fois se seront les plus démunis, qui en feront les frais, eux qui luttent pour gagner le droit au transport en demandant aux élus de l’Assemblée de corse une réduction de 50 % sur les tarifs de l’aérien.

L’Union Syndicale des retraités Cgt, demande à l’Office des Transports de Corse de rechercher d’autres sources de financement mais aussi de demander aux Chambres de Commerce d’Industrie de Corse et de PACA, à l’Etat et à la Collectivité territoriale de Corse de diminuer les prix des taxes aéroportuaires comme cela c’est pratiqué pour 2011 sur l’aéroport de Nice où elle est passé de 8,22 € à 7,93 € (Bastia 12€)

AJACCIO, le 5 mars 2011 Noël ZICCHINA

 

La CGT REGION réaffirme....

SNCM_Conflit.jpg

 

De REELLES NEGOCIATIONS pour STOPPER la LIQUIDATION de la SNCM

nicoli.jpg

Ajaccio le 28 février 2011

La fédération de Corse du sud du parti communiste apporte son soutien aux salariés dans l’action depuis le début du mois pour stopper la liquidation de la SNCM.

Le refus du dialogue social, maintenu par la direction et Veolia, pénalise fortement les usagers insulaires. Ce refus rend nécessaire que l’Etat joue son rôle d’actionnaire et intervienne pour que, dans le dialogue et la négociation, soient arrêtés le renouvellement de la flotte et le maintien de l’emploi et non la vente de navires, du siège et l’abandon de destinations.

Le secrétaire départemental Maxime NORDEE

 

Une Corse de plus en plus « lowcostisée »

port.jpg

DECLARATION

Les dockers comme les marins de la SNCM sont en grève non pas par plaisir, mais précisément pour refuser les effets d’une politique qui aggrave toujours plus leurs conditions de vie quotidienne.

L’argument qui consiste à les stigmatiser comme les preneurs en otage de la Corse est d’autant moins crédible que tout un chacun a parfaitement conscience de la réalité sociale et économique de la Corse.

Ceux qui s’en prennent ainsi aux travailleurs sont les responsables de la situation qu’elle connaît : une Corse de plus en plus « lowcostisée » pour le peuple et de plus en plus luxueuse pour quelques dizaines de privilégiés.

C’est cette Corse qui est insupportable, « intolérable » la Corse d’une infime minorité qui s’est enrichie considérablement notamment avec la zone franche quand pour l’immense majorité la pauvreté, la précarité, la cherté de la vie et les bas salaires ont aggravé les difficultés.

Aujourd’hui ceux qui luttent contre l’injustice qui les frappe ont le soutien sans faille des communistes car la justice sociale, la solidarité qu’elle suppose est l’antithèse de la logique ultralibérale de mise en concurrence des territoires et des hommes et de détournement de l’argent public.

Cette logique d’accumulation des profits est à l’origine de la crise multiforme et mondiale du capitalisme dont l’issue ne peut pas être celle préconisée par le MEDEF est ses relais locaux pour lesquels les marchés financiers sont intouchables alors que les retraites, les services publics, les hôpitaux, l’emploi… sont à leurs yeux des surcoûts à restreindre.

Michel STEFANI

 

Rassemblement « Un toit pour tous »

La LDH nous informe

Untoitpourtous1_1.jpg

Le projet de « loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure » (dite LOPPSI 2) est actuellement débattu au Parlement. Il prévoit dans l’un de ses articles l’expulsion en 48h et sans contrôle du juge de tous occupants d’habitats hors norme (tente, caravane, yourte, mobile home, maison auto-construite, cabane, bus ou camion aménagé…), sur terrain public ou privé, ainsi que la destruction de leur habitat.

En pleine crise du logement, ce sont les pauvres qui sont visés. A l’initiative d’Utopia et de Droits Paysans auxquels se joignent Avà Basta, le Comité de chômeurs « Corsica per vive », la CFDT, la CGT, la FSU de Corse-du-Sud, la Ligue des Droits de l’Homme, l’Union des Marocains de Corse, Jacques ORSONI et Gaston PIETRI membres de Corte-96 (liste non close), un rassemblement est organisé contre cette criminalisation des pauvres le

vendredi 14 janvier 2011 à 16h30 devant la préfecture de Corse à Ajaccio.

L’ensemble du projet LOPPSI 2, véritable fourre-tout sécuritaire qui doit inquiéter chacun d’entre nous, sera également présenté par la LDH.

 

Retraites

Communiqué de la CGT

La loi promulguée, la bataille continue

La loi portant réforme des retraites a été promulguée cette nuit.

Décidément, les pouvoirs publics, Président de la République en tête, ne sortiront pas grandis de cette période consacrée à la réforme des retraites.

Pour notre part, cela ne change rien à notre détermination à poursuivre la bataille, d’autant que les premières dispositions d’importance de la réforme ne s’appliqueront qu’à partir de juillet 2011. D’ici là, il peut se passer encore beaucoup de choses.

Toutes les dispositions sont d’ores et déjà prises pour assurer le succès de la journée d’action du 23 novembre dans le cadre des décisions de l’intersyndicale.

Par ailleurs, des initiatives se tiennent chaque jour dans les professions et les territoires. Elles s’inscrivent dans la durée et visent à gagner l’ouverture de véritables négociations sur le sujet des retraites, mais également à l’obtention de succès revendicatifs sur l’ensemble des questions de la Protection sociale et sur les questions de l’emploi, des salaires, des conditions de travail, du service public…

Montreuil, le 10 novembre 2010

 

Avant le 6, une info de plus

Merci aux ORGANISATIONS SYNDICALES du CCE EDF SA
LA RETRAITE C'EST CAPITAL!
envoyé par Sansblanc. - L'actualité du moment en vidéo.
 

RETRAITES-TOUS dans la rue SAMEDI 6/11- 10H Parking CARREFOUR

La CGT Retraites nous communique retra.jpg

ON VA PAS PERDRE SA VIE A LA GAGNER





Samedi 6 novembre à l’appel de toutes les organisations syndicales de corse les salariés descendront une nouvelle fois dans la rue pour montrer leur détermination et leur refus de cette loi injuste.

Les mobilisations que nous avons vécu ces derniers mois sont exceptionnelle par leur ampleur leur durée et l’unité syndicale. L’analyse de ces deux mois de luttes ne peut que conforter le mouvement dans sa durée

Vous devez mobiliser autour de vous, venir à la manifestation avec vos amis vos enfants vos voisins, plus que jamais les revendications doivent être le moteur ;

Il faut élargir le champ revendicatif aux salaires, emploi, vie chère, prime de trajet de transport, protection sociale, RGPP , réduction de 5o% sur les transports maritimes,aériens et férroviaire pour les retraités vivant en corse, etc…

En fin d’année des négociations sur les retraites complémentaires doivent s’ouvrir, peser sur le refus de la réforme étayera nos positions pour de futures revendications.

La colère le mécontentement les cicatrices que vont laisser ce conflit sont énormes, la résistance doit s’organiser par tous les moyens, nous entrons dans une nouvelle forme d’action il faut continuer. 70% de la population nous soutient




Cordialement




 

Après le 12 octobre, on continue !

14.JPG La CGT RETRAITES communique à "U Rossu"

Ne nous laissons pas voler deux ans de notre vie !

NOUS VOULONS GAGNER—NOUS POUVONS GAGNER-NOUS ALLONS GAGNER

Après le 12 octobre, nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la lutte contre le projet de loi sur les retraites. Le gouvernement prétend ignorer les millions de salariés qui défilent, plus nombreux de semaine sen semaines.Il nous contraint, tous, salariés de toutes les professions, à décider ensemble de durcir le mouvement.L’heure n’est plus à l’attentisme mais à l’action, unitaire, solidaire, déterminée.

RETRAITES, EMPLOIS, SALAIRES,CONDITIONS DE TRAVAIL… La coupe est pleine !

Les millions de grévistes. de manifestants dans toutes les professions expriment un ras le bol général . En une nuit, le gouvernement a su trouver 260 milliards pour les banques et il voudrait nous faire croire qu’il n’y a pas d’argent pour financer nos retraites, qu’il n’y a pas d’argent pour nos salaires, qu’il n’y a pas d’argent pour financer les emplois. Le seul avenir que proposent gouvernement et patronat aux jeunes générations, ce serait chômage, précarité, bas salaires… se tuer au travail pour arriver usé à la retraite. Revenir au 19ème siècle !

Nous sommes en état de « légitime défense sociale ».

De nombreux appels à la reconduction sont recensés, SNCF, Ratp, Edf, Gdf, Total, Ports et Docks, France télévision, transports, hôpitaux. Dans les toutes branches tous les secteurs des assemblées générales se tiennent, souvent dans l’unité, le 13 et le 14 octobre. Des décisions de reconduction du mouvement sous forme de débrayages sont prises. Rejoignons les!!!!

La corse ne peut pas laisser peser tout le poids de ce conflit sur nos camarades du continent, les enjeux sociaux et économiques sont énormes

Assemblées générales tous les jours, débrayages (55 mn ou plus…..), rassemblements...conférences de presse, interpellation des élus… participations aux initiatives interprofessionnelles…aucune forme d’action ne doit être négligée.

PLACE DE LA GARE A AJACCIO SAMEDI 16 OCTOBRE 2010 A 15 H

- page 1 de 4