Voci Aiaccini "U Bloggu di U ROSSU" Fédération de la Corse du Sud du PCF Supplément officiel à "la Voix d'Ajaccio"

Aprés la disparition de Leny ESCUDERO

Fidèle blogueuse Y...nous fait parvenir cet hommage. U Rossu est heureux de le rapporter en se rappelant qu'il nous avait fait la joie de participer au 80 ans de la CGT à AJACCIO en ......1975

leny-escudero-est-mort-a-82.jpg

Notre ami, le chanteur et compositeur Leny Escudero, artiste à la fois romantique et engagé, est mort vendredi à 82 ans à son domicile à Giverny (Eure).

Leny Escudero, de son vrai nom Joaquim Escudero, il était devenu célèbre dans les années 60 et 70 avec des chansons comme "Pour une amourette" et "Ballade à Sylvie".

Communiste dans l'âme, il n'avait jamais accepté les règles du show-business.

On lui doit également des chansons comme "A malypense", "Parce que tu lui ressembles", "Vivre pour des idées", "Le bohémien", "Petite mère", "La malvenue", "Le vieux Jonathan", "Le siècle des réfugiés" ou "Le cancre".

De son vrai nom Joaquim Escudero, il naît à Espinal (province espagnole de Navarre), le 5 novembre 1932. Ses parents d'origine gitane, républicains espagnols, quittent le pays ravagé par la guerre civile en 1939, et se réfugient en France. Ils habitent d'abord la Mayenne, ensuite à Paris.

Leny grandit à Belleville, à Paris. Après son certificat d'études, il exerce divers métiers, notamment ceux de terrassier et de carreleur.

En 1962, coup d'essai, coup de maître: "Pour une amourette" fait de lui une vedette. La télé s'entiche de cet artiste différent aux cheveux longs, à la voix prenante et sincère.

Son album "Escudero 71", sorti en 1971, reçoit le prix de L'Académie Charles Cros. Il se produisitt sur scène avec un succès mitigé d'abord, puis réel au fur et à mesure qu'il persévère.

Charonne

Leny Escudero, chanteur engagé, reprend le chant des soldats républicains de la Guerre d'Espagne, ou le poème d'Aragon écrit pour les résistants du Groupe Manouchian. Une de ses compositions les plus connues est aussi celle qui rend hommage aux huit morts de Charonne, tous militants de la CGT. Leny Escudero célèbre ces victimes de la répression policière aveugle des manifestations contre l'OAS en 1962: « Marie, ô Marie, je t'aime/ Tu es mon premier baptême/ Marie, que l'amour me pardonne/ On m'appelle à Charonne. »

En 1973, le chanteur sort Vivre pour des idées, et dans l'album éponyme, on trouve ce morceau dans lequel il traite de la Guerre d'Espagne et de son héritage: « Il était à Teruel et à Guadalajara/ Madrid aussi le vit/ Au fond du Guadarrama/ Qui a gagné, qui a perdu? » Le titre de l'album résume l'existance de Leny Escudero, chanteur joyeux, toujours en lutte pour ses idées.

Après la tournée "Age tendre" et un nouvel Olympia (2007) qui fut un triomphe, "le poète troubadour" revient à ses premières amours: la scène et la communion avec le public. Il a effectué quelques apparitions dans des films et des séries télévisées, à l'époque de la grande ORTF, et participé à des bandes originales de films.

Leny Escudero, père de trois enfants, résidait dans l'Eure. Il venait de publier cette année le deuxième tome de sa biographie, "Le début...la suite...la fin".

 

DECLARATION DE LOUIS CORTOT

louis-cortot.jpg Depuis maintenant plusieurs années, le Proche-Orient et notre continent européen connaissent un drame humain d’une ampleur croissante, celui des réfugiés fuyant les persécutions religieuses, ethniques, politiques qui assassinent parfois de la manière la plus barbare, fuyant la guerre qui a tué et tue des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, fuyant la misère qui elle aussi tue parfois les plus faibles. L’Allemagne contemporaine a fait le choix d’en accueillir un grand nombre, un choix qui l’honore mais que vient ternir celui de la municipalité de Dachau d’en héberger avec des sans-abris dans un bâtiment annexe du Camp de concentration de Dachau, l’un des plus meurtriers du système concentrationnaire nazi. Ce choix de la municipalité de Dachau, quelle que soit son intention, ne peut que contribuer à obscurcir la mémoire de ce que fut le camp nazi et que choquer profondément les survivants de cet enfer, les familles de ceux qui y furent assassinés, et au-delà tous ceux qui entendent garder vivante leur mémoire, la mémoire de leur combat et aussi la mémoire de ce à quoi peut conduire le fascisme : le crime de masse. Il faut demander à la municipalité de Dachau de revenir sur son choix condamnable. Il faut l’exiger !



Le 1er octobre 2015

Louis CORTOT

Compagnon de la Libération Président de l’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR)

 

9 Septembre - La libération de la Corse

la-liberation-de-la-corse-1943-1.jpg La période ouverte par la décision d'insurrection, prise dès l'annonce de l'armistice italien de septembre 1943 s'étend jusqu'à la complète libération de la Corse, le 4 octobre 1943. . Pendant les huit premiers jours, les patriotes corses, sous la direction presque exclusive du Front national, obtiennent le concours d'une partie des forces italiennes contre les Allemands et les Chemises noires. Des renforts arrivent ensuite d'Alger par Ajaccio, devenu une indispensable tête de pont pour les Forces françaises libres : c'est l' opération Vésuve. Les Allemands luttent pour garder le contrôle de la côte orientale, de ses aéroports et du port principal, Bastia. Quand leur retraite s'achève, l'île, coupée de la France continentale, échappe à la tutelle de Vichy. Elle passe sous le contrôle du Comité français de la libération nationale et les décisions qui la concernent paraissent au Journal Officiel d'Alger. Première région métropolitaine ralliée à la France libre, elle devient aussitôt, et pour dix mois, une base stratégique de premier ordre que les forces alliées peuvent utiliser pour leurs actions en Italie et en Provence.

ANACR2A.jpg www.resistance-corse.asso.fr

 

Les communistes saluent la mémoire d’Antoine Bertoncini

SONY DSC

Les communistes corses ont appris avec une grande tristesse la disparition de leur camarade Antoine Bertoncini, ancien commandant FTP/FFI, ancien élu communiste, ancien militant et responsable de la Fédération de la Corse du sud. Son parcours personnel et celui de sa femme Antoinette, résument, à eux seuls, tous les combats sociaux et patriotiques qui ont marqué le siècle dernier et le début de celui-ci. C’est un parcours qui est aussi le symbole même de l’engagement sans faille au service du bien public. Entre une enfance au village, une jeunesse active et engagée aux chantiers navals de La Seyne, du Front populaire à la Résistance comme commandant FTP, et à la guerre contre le nazisme et le fascisme, de l’action courageuse contre les guerres coloniales à l’exercice de deux mandats électoraux à la municipalité de Bagneux, et jusqu’à sa retraite très militante à Ajaccio durant deux décennies, Antoine aura été, durant toute sa vie, un « militant émérite de l’émancipation humaine », un communiste dont la fidélité n’avait d’égale que sa modestie. Il n’évoquait jamais ses états de service, alors qu’il avait été décoré, pour ses faits d’armes dans la Résistance et dans l’armée de la Libération comme officier FTP/FFI. Antoine laisse un bel héritage moral et politique à la jeunesse d’aujourd’hui. Elle pourra retrouver, dans cette existence faite d’engagement et du sens du devoir, les valeurs et les repères qui les aideront à s’orienter dans un monde complexe et toujours profondément marqué par les inégalités et les injustices. A Antoinette, sa femme, et à toute sa famille, à tous ceux que cette disparition affecte, les communistes présentent leurs condoléances les plus fraternelles.



Les fédérations communistes de la Corse - Ajaccio-Bastia le 1er septembre 2015

Un hommage public a été rendu par L’ANCR-2A à l’espace funéraire Picchetti, mercredi 2 septembre à 13 heures. Les obsèques ont suivi, à 15h. à Olivese.

 

Hommage à Antoine Bertoncini.

ANACR2A.jpg Avant qu'on le porte en terre dans le cimetière de son village d'Olivesi nous tenions, ses amis et camarades, à rendre un dernier hommage à Antoine. Un hommage simple pour une sobre cérémonie d'adieu, c'était sa volonté ; un hommage partagé avec Antoinette, elle qui à ses côtés a partagé sa vie et avec lui surmonté les épreuves de la vie d'un combattant émérite de l'émancipation humaine.

Dès l'âge de 16 ans, il participe à ce grand mouvement du Front Populaire dont il devient très tôt un militant actif. Pendant la guerre, en 1941, il est mobilisé dans les Chantiers de jeunesse. Nommé chef de groupe, il y effectuera un service de 9 mois puis retournera à la vie civile. Il retrouve son métier d'agent technique dans les Chantiers navals de La Seyne-sur-Mer puis de La Ciotat. Engagé dans le Mouvement gaulliste en qualité de Chef de dizaine, il prendra rang dans la hiérarchie de la Résistance et gravira tous les échelons jusqu'au grade de Chef de bataillon. Il participera à la libération des Deux-Savoie en tant que Commandant des Francs Tireurs et Partisans, devenu fin 1944 Forces Françaises de l'Intérieur (FTPF/FFI). Il continuera le combat contre l'occupant nazi jusqu'à la victoire. De retour à la vie civile, il sera élu conseiller municipal de la ville de Bagneux dont il sera plus tard maire-adjoint à l'urbanisme, puis chargé de l'information et de la culture. Il exercera ses mandats avec compétence et en faisant preuve d'une grande disponibilité au service de la population. En 1983, il prend sa retraite mais continuera à œuvrer à Ajaccio pour ce qui fut pour le lui le fil rouge de sa vie, à savoir : la cause de ceux qui vivent de leur travail, la cause du progrès social et de l'humanisme.

Son engagement dans la Résistance puis contre les activistes de l'OAS qui faillit lui être fatal, l'exercice de son mandat d'élu à Bagneux, autant d'engagements qui lui vaudront la reconnaissance de la nation : La croix des Combattants Volontaires de la Résistance (CVR), la Croix de guerre et celle de la Légion d'honneur. Toutes ces décorations pour une vie bien accomplie. Mais comme tous les hommes et femmes de cette générations engagés dans la Résistance, c'est cette période de leur vie, à la fleur de l'âge, qui en déterminera le cours. A la question de savoir pourquoi ils s'étaient engagés dans la Résistance, le plus souvent ils répondaient comme Antoine : "Je l'ai fait parce qu'il fallait le faire". Comme si ça allait de soi. En fait, c'était le choix de la dignité contre l'avilissement, le choix de l'humanisme contre la barbarie. C'était il y a plus de 70 ans. Et après ? "Le vent soufflera sur les tombes" chante Anna Marly dans la complainte du Partisan. " La liberté reviendra / On nous oubliera / Nous rentrerons dans l'ombre". Oui mais la flamme de la Résistance éclairera toujours ceux qui refusent "le discours récurrent sur l'inéluctable et l'absence décrétée de toute alternative". La Résistance appartenait à votre temps, Antoine, mais pour le présent et les temps à venir, la Résistance appelle à son dépassement parce que les valeurs et les idéaux qui animaient votre combat ont valeur universelle. Merci à toi et tes camarades de nous avoir laissé ce précieux héritage. Adieu Antoine !

Antoine POLETTI / ANACR 2A. Ajaccio le 2 septembre 2015

 

Claude Cabanes

Claude-Cabanes.jpg

Claude Cabanes, ancien rédacteur en chef de l'Humanité de 1984 à 2000, est décédé mardi à l'âge de 79 ans des suites d'un cancer ont annoncé son fils et Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité.

"Pour nous, c'est une des grandes figures de l'Humanité qui part. C'était une voix et un style particulier. Il ciselait les mots et les utilisait comme des armes, au bon sens du terme", a Patrick Le Hyaric à propos de cet homme "chaleureux, très cultivé et toujours à l'affût de l'information".

Passionné par les mots et l'écrit en général, Claude Cabane était devenu en 2000 éditorialiste et chroniqueur. Il avait publié un livre d'inspiration autobiographique, "Le Siècle dans la peau" (2005) et un "Eloge de la vulgarité" (2011).

Né le 29 avril 1936 à Toulouse (Haute-Garonne), Claude Cabanes, licencié en droit, adhère au PCF en 1962, au lendemain de la guerre d'Algérie qui l'a profondément révolté. Il entre en 1971 comme rédacteur à l'Humanité-Dimanche, dont il sera successivement chef du service culturel (1973), adjoint au chef du service politique (1975), puis rédacteur en chef adjoint (1976). Deux ans plus tard, il assume les mêmes fonctions au quotidien l'Humanité, avant d'être nommé fin 1981 chef du service culturel des deux publications. En 1984, Claude Cabanes remplace René Andrieu comme rédacteur-en-chef. Il assume cette fonction durant seize ans.

Colere.jpgU Rossu s'associe à cet hommage et à la peine de sa famille et de ses proches...Claude Cabanes est un des camarades qui a ponctué la vie de nombreux militants, par ses arguments, son sens du propos et sa pugnacité. Merci à lui pour tout ce qu'il a apporté à de nombreuses générations de militants.

 

Fédé 2B - Notre ami Georges Pallenti

Notre ami Georges Pallenti est mort à 96 ans le dimanche 5 avril, dans son village de Velone-Orneto , entouré de l’affection des siens.

Cet homme de qualité avait des convictions fortes. Intègre, humaniste, généreux, ouvert au monde, c’était un internationaliste, mais enraciné dans son île. Ingénieur et malicieux, doué d’une exceptionnelle créativité, il fut toujours bienveillant envers les humains et accueillant à la vie.

Nous n’oublierons pas ce sage parmi les sages, cet homme de courage et de paix.

Francine Demichel

 

Décès Henri Martin

Martin_Henri.jpg

Pierre Laurent : "La France a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils"

C'est avec une profonde tristesse que j'apprends la disparition d'Henri Martin. C'est une grande figure de la lutte anti-coloniale, de l'engagement et du combat pour l'émancipation qui s’éteint aujourd'hui. Le PCF est en deuil et pleure la mort de celui qui donna un nom et un visage à son combat contre la guerre d'Indochine.



C'est à 17 ans, à peine sorti du maquis, qu'Henri, engagé dans la Marine, fut appelé en Indochine. La réalité coloniale qu'il découvre alors tourne résolument le jeune résistant aux côtés du peuple vietnamien dans la lutte contre le colonialisme et pour l'indépendance, et pour l'honneur de la France et de ses valeurs républicaines.



Son engagement lui valut la prison militaire de 5 ans de réclusion pour « agitation politique illégale ». Des centaines de milliers de Français parmi lesquels des grands artistes, d'Eluard à Picasso, ou de grands intellectuels comme Jean-Paul Sartre ont scandé « Libérez Henri Martin ! » et ce slogan a longtemps résonné en moi qui n'étais encore qu'un enfant.



Libéré après trois années d'emprisonnement, Henri Martin a continué à conjuguer sa vie avec son militantisme. Malgré des désaccords, il fut toute son existence fidèle à son engagement communiste.



Sa disparition provoque une profonde tristesse ; les communistes ont perdu l'un des leurs mais c'est d'abord la France, notre pays, qui a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils, et le Vietnam l'un de ses plus fidèles et loyaux amis.



En cette triste journée, toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches. Avec les communistes, je m'incline devant la mémoire d''Henri Martin dont l'engagement aura donné voix et force à celui des générations de militants pour la paix, contre le colonialisme et pour l'amitié entre les peuples.



Le PCF a ouvert un livre d 'or dans ses locaux, place du Colonel Fabien, pour saluer la mémoire de ce grand militant.

humanite_fr_logo.gif

http://www.humanite.fr/deces-henri-...

 

Hommage à CHARB....Si vous n'avez pas entendu, notre camarade RALITE

 

LA CORSE SE RASSEMBLE POUR LA LIBERTE ET LA FRATERNITE

Manifestations Dimanche 11 Janvier 2015 à 15Heures

* A AJACCIO, DEPART A LA GARE FERROVIAIRE

* A BASTIA DEPART AU PALAIS DE JUSTICE



A l’appel de :

  • Daniel Bueno (Communauté juive de Bastia)
  • Olivier De Germay (Eglise catholique de Corse)
  • Miloud Mesghati (Conseil régional des musulmans de Corse)
  • André Paccou (Ligue des droits de l’Homme)
  • Marie-Odile Wilson ( Eglise protestante unie de Corse)-
 

Disparition de Claude CASSE

Claude Cassé vient de décéder après de longues années de maladie.

L’union départementale CGT et Union syndicale des retraités tiennent à saluer sa mémoire. Il a été de ceux qui toute leur vie ont lutté pour l’émancipation des travailleurs. Au premier rang des luttes de 1989 et 1995 il a été un dirigeant de haut niveau disponible et a l’écoute des salariés. A l’initiative de la mise en place de la formation syndicale et secrétaire a l’organisation, il a marqué l’histoire de notre syndicat dans le département. U Rossu s'associe à l’UD CGT 2b et l’USR CGT 2b pour saluer et apporter son soutien à sa femme Monique et à ses filles.

 

« Ils ont voulu l’anéantir, ils l’ont rendue immortelle »

ANACR2A.jpg communique

Il y a 71 ans, en ce 9 mai 1943, grande figure de la Résistance nationale féminine, Danielle CASANOVA, s’est éteinte à AUSCHWITZ BIRKENAU. Elle avait contracté le typhus. Chaque soir elle allait au bloc 26 soigner et soutenir ses camarades, « ses sœurs » comme elle les appelait. Toutes croyaient que c’est elle qui reviendrait, qu’elle raconterait ce que fut l’enfer qu’elles vécurent, ce qu’était la barbarie nazie. Mais non, elle est partie, pas la première, tant d’autres étaient déjà parties avant elle, pas la dernière non plus... Mais elle, Danielle, n’a jamais cessé de les consoler, les réconforter, les soutenir, leur donner la force… La force de vivre, de survivre. Certaines d’entre elles ont survécu, et ce sont elles qui ont témoigné, qui ont raconté au monde entier ce que fut l’horreur des camps.

« Je suis heureuse de cette joie que donne la haute conscience de n’avoir jamais failli et de sentir dans mes veines un sang impétueux et jeune » c’est la toute dernière phrase qu’elle a écrite à sa mère le 23 janvier 1943, veille de son départ pour Auschwitz-Birkenau.

Danielle Casanova faisait partie du convoi du 24 janvier 1943 qui quittait Compiègne pour Auschwitz. Elles étaient 230 femmes. 49 seulement devaient revenir, « plus mortes que vives », témoigna Charlotte DELBO.

Elle a consacré toute sa vie à son engagement politique, à la lutte contre les inégalités, l’injustice, le fascisme et le nazisme.

Le SAMEDI 10 MAI, à 18H00, Boulevard Danielle CASANOVA,

devant la plaque dédiée à sa mémoire sur la façade de la maison où elle vécut un hommage lui sera rendu ainsi, qu’à travers elle, à toutes les Résistantes, connues et inconnues, qui ont fait le sacrifice de leur vie contre le fascisme pour la liberté de la Patrie, pour la démocratie. Et parmi elles, Maria De PERETTI morte à Ravensbrück le 15 mars 1945. Que leur mémoire reste vivante afin que les jeunes générations restent fidèles à ces idéaux.

Aujourd’hui, plus que jamais, face aux résurgences des idéologies fascistes et nazies et de la xénophobie, il est important que nul n’oublie la barbarie engendrée par ces mêmes idéologies dont Danielle CASANOVA et Maria De PERETTI furent les victimes. C'était la guerre la plus meurtrière de tous les temps. Le Comité de la Corse du Sud de l’Association Nationale Des Anciens Combattants et Amis de la Résistance (A.N.A.C.R 2A) appelle les Ajacciens, toutes générations confondues, à participer à cette commémoration et à rendre hommage aux héros et martyrs de la Résistance afin de ne pas les oublier.

La Présidente,Jacqueline WROBLEWSKI-ARRII

Huile sur toile de Boris Taslitzky, La mort de Danielle Casanova, 1950 Huile sur toile de Boris Taslitzky, La mort de Danielle Casanova, 1950

 

Jacky BIANCARELLI

jacky_biancarelli.jpg

Ce soir un film de Dominique MAESTRATTI sur FR3 a 20H40

A ne pas manquer

Jacky BIANCARELLI, notre camarade et ami, communiste animateur de l extrême sud trop tôt disparu était militant, professeur de collège, porteur de la langue Corse et surtout POETE.

ja_-biancarelli.jpgAu delà de toutes les qualités que tout le monde lui reconnait il était un compagnon et ami merveilleux. U Rossu pense très souvent à lui, à ses analyses et à sa voix rocailleuse du Nebbio qui portait ses emportements amicaux. Pour tout ceux qui ont connu Jacky, Pour tout ceux qui veulent que notre langue vive, Pour tout ceux qui ont la curiosité de découvrir un poète,

Ne pas manquer cette diffusion.
 

13èmes « RENCONTRES CINEMA-HISTOIRE »,

ANACR_Aff_2014_.jpg

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous annoncer les dates des 13èmes « RENCONTRES CINEMA-HISTOIRE », elles auront lieu cette année du 7 au 10 avril prochain. Le 7 et 8 avril à l’espace Diamant d’Ajaccio et le 9 et 10 avril à la CCAS Marinca Porticcio.

Comme les autres années, nous proposons bien sûr des films qui s’adressent aux scolaires (CM2, collèges et lycées, voir programme).

Vous trouverez en pièce jointe le programme complet de la manifestation.

Nous comptons sur vous pour diffuser cette information (par courriel, réseaux sociaux, etc…) le plus largement possible.

En espérant vous y voir nombreux.

Un grand merci à vous tous.

Renseignements : vendetta2a@orange.fr

Vous trouverez en Annexe le déroulé complet des événements

 

HOMMAGE A SEBASTIEN PIERA

Nous savions que ce moment devait arriver,nous l’avons redouté.Je voudrai,au nom de ses amis,dire à sa grande et belle famille qu’elle a mille raisons d’ètre fière d’avoir un père,un grand père,un arrière grand père d’une telle dimension et d’ une telle stature morale .Nous partageons la peine des siens,nous mesurons le vide qu il laisse parmi nous.Mais l ‘admiration l’emportera sur le chagrin .

Les noms de Sebastien Piera et ses compagnons assignés en Corse dans les années 50,sont emblématiques d’une histoire qui a été un des grands moments de la conscience humaine.Nous n’oublierons pas,que ces combattants républicains,traversant les pyrénées,furent,malheureusement,,loin de recevoir l’acceuil qu’ils méritaient.

Nous n’oublieront pas,non plus,les sacrifices consentis pendant la lutte contre le franquisme,la barbarie nazie et fasciste,y compris la honteuse politique dite de « non intervention ».

Sebastien,faisait partie de cette génération,dont le trait de caractère principal était la modestie,l’altruisme,l’oublie de soi. Il faisait prévaloir l’engagement collectif sur les trajectoires individuelles. Le combat des Républicains Espagnols a été magnifique,mais aussi riche d’enseignements.

Nous sommes fiers,à la CCAS,d’ avoir contribué à la traduction du livre de Ricard Vinyes « LE SOLDAT DE PANDORE » qui retrace la vie de SEBASTIEN et TRINI . il s’agit d’un véritable devoir de mémoire qui mérite d’ètre encore plus connu.

La vie de Sebastien Piera continuera d’eclairer le chemin de tous ceux qui luttent pour le progrès social,la démocratie et la liberté.Ce chemin est interminable,mais bien tracé,à nous de le poursuivre.

J ‘ai encore en mémoire ses paroles : »nous n’étions pas des ètres exceptionnels,c’est la situation qui était exceptionnelle " Tu avais raison Sébastien,on ne se console jamais de l’oppression et de la tyrannie,

On les combat…jusqu’au bout.

Nous retiendrons ton témoignage et ta leçon.

SEBASTIA ,RIPOSA IN PACE UN’ CI SCURDEREMU MAI DI TE

Fabiani2.jpg Ghjuvan Petru Fabiani

11/03/14

 

Décés de notre Camarade et ami Sébastien PIERA

rep_catalan_-_Copie.jpg

Illustation issue de l'ouvrage "Hommage à la Catalogne" de G. Owell

Notre ami et camarade Sébastian PIERA est décédé la nuit derniére, l'avis de décés paraitra aujourd'hui et la cérémonie des obsèques aura lieu Mardi 11 Mars à 14H00 au funenarium Picchetti...
Les 2 fédérations du PCF de Corse reviendront sur l'hommage du à notre camarade;
Dans cette attente U Rossu republie l'hommage de la municipalité d'Ajaccio en 2004,

Allocution prononcée par Paul Antoine LUCIANI, Premier adjoint au maire, à l’occasion de la remise de la médaille de la ville d’Ajaccio à monsieur , Sébastien PIERA par monsieur Simon RENUCCI, Député-maire

Hommage à Sébastien PIERA

Cher Sébastien, Mesdames, Messieurs,Chers amis, chers camarades,

La manifestation qui nous réunit aujourd’hui est, pour une municipalité comme la nôtre - et aussi pour moi personnellement- l’une de celles dont la charge symbolique, politique, civique et morale est la plus forte, la plus lourde de sens.

L’occasion nous en est donnée par la traduction française du « Soldat de Pandore », la biographie que l’historien catalan Ricard VINYES a consacrée à Sébastien PIERA.

Un livre qu’il faut lire et faire lire, car il dit, mieux que je ne saurais le faire, ce que furent l’engagement et le parcours de ce Catalan républicain et révolutionnaire, patriote et internationaliste, chassé de son pays par le fascisme et devenu aujourd’hui le chef d’une belle et grande famille ajaccienne respectée pour son travail et pour son dévouement.

En distinguant Sébastien PIERA, l’objectif de notre municipalité c’est d’abord de rappeler que la Ville doit savoir reconnaître comme les siens tous ceux qui y vivent, même s’ils ne sont pas tous nés ici.

La Ville est un creuset qui s’enrichit de talents divers et d’identités plurielles, un creuset social qui produit des citoyens actifs et soucieux du bien commun, pour peu qu’ils conservent le souvenir des sacrifices de leurs aînés et continuent de se nourrir de leur exemple.

Honorer Sébastien et Trini aujourd’hui c’est donc reconnaître la valeur de leur apport à notre communauté, c’est aussi transmettre un message aux générations nouvelles : sachons accueillir l’étranger, le réprouvé, le plus malheureux que nous. Loin d’être une menace, il apporte du sang neuf, il est une chance pour l’avenir.

pandore.jpg De ce point de vue, l’exemple de Sébastien et de sa famille est tout à fait éloquent. Ils faisaient partie de ces petits groupes d’Espagnols contraints à l’exil par le fascisme qui, écrasé en Allemagne, en Italie et au Japon, s’était maintenu en Espagne après la deuxième guerre mondiale.

Assignés à résidence en Corse, ils rêvaient de rentrer chez eux pour y retrouver leurs racines et y reconstruire la démocratie. Mais ils durent s’adapter à cette condition d’exilés, interdits de patrie. Grâce à leur travail, à leur sens de la solidarité, et au soutien des démocrates ajacciens, ils ont tissé de nouveaux liens humains et engendré une nouvelle génération de familles corses.amarade et Ami

Lire la suite...

 

En souvenir de Jéromine Benielli

BENIELLI_J_romine.jpg Nous voulons saluer, avec beaucoup d’émotion, l’anniversaire de la disparition discrète, à l’occasion de la journée internationale des femmes, le 8 mars 2013, de notre camarade Jéromine Benielli .

Institutrice républicaine, personnalité communiste de la Résistance et de la Libération, Jéromine était la veuve de Nonce Benielli, dirigeant du Front National de la la Résistance, déporté en Italie, ancien premier adjoint au maire d’Ajaccio.

Son engagement, ses convictions avaient impressionné les médias : on l’avait vu défiler, à 85 ans, aux côtés des femmes du Manifeste contre la violence. Un livre (« Une passion corse, Jéromine Benielli ») publié en mai 2000 par Annick Peigné-Giuly, évoque sa personnalité et retrace son parcours. La télévision avait également diffusé, il y a quelques années, un reportage documenté, réalisé par Jackie Poggioli.

En ce jour anniversaire, et à l’occasion de la journée internationale des femmes, nous nous inclinons devant la mémoire de Jéromine Benielli dont l’existence entière aura été marquée par un attachement sans faille aux idéaux de sa jeunesse.

Les fédérations communistes, qui n’oublieront ni Jéromine, ni son mari dont un boulevard d’Ajaccio porte le nom, expriment à toute leur famille leurs sentiments recueillis et fraternels.

Les deux fédérations communistes de Corse



Ajaccio-Bastia,le 8 mars 2014

Un message de Jackie Poggioli

Jéromine Benielli

« En ce jour anniversaire du décès de Jéromine Benielli, hommage à cette grande dame au parcours trop méconnu, malgré son rôle capital dans l’Histoire des femmes et des communistes corses »

 

Il y a 70 ans jour pour jour, le 21 février 1944, les 23 résistants du groupe Manouchian sont exécutés au fort du Mont Valérien.

affiche-rouge.jpg

L’Humanité publie un hors-série pour les 70 ans de l’Affiche Rouge avec un CD inédit de HK et les Saltimbanks interprétant l’Affiche Rouge de Léo Ferré. Inclus, le poster de l’Affiche Rouge et le poème de Louis Aragon. Commander

« Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant. ». Tel était constitué le groupe Manouchian autrement appelé Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’Oeuvre Immigrée (FTP-MOI), fusillés le 21 février 1944 au Mont-Valérien, pour cause de résistance après des mois d’insoutenables tortures puis un jugement expéditif par un tribunal militaire allemand, à l'exception de la Hongroise Olga Bancic, qui sera décapitée à Stuttgart le 10 mai 1944. Leur exécution donna lieu à l’Affiche Rouge, affiche de propagande nazie ayant pour but de les salir qui expose les portraits de 10 résistants en plus des six photos d'attentats représentant des actions qui leur sont reprochées. aff_manouchianhumanite.jpg L’Affiche rouge, placardée en 1944 par les occupants, fait des étrangers, des juifs et des communistes un danger pour la France. « Il est très utile de se remémorer l’Affiche rouge, alors que sévit une sorte de chasse à l’étranger, avec son cortège d’antisémitisme, de racisme et de haine de l’autre » souligne Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité dans son éditorial.

Ce hors série consacré aux 70 ans de l’Affiche Rouge fait appel à de nombreux documents d’archive, pour la plupart jamais parus encore jusqu’à aujourd’hui et s’appuie sur des témoignages, notamment celui de Léon Landini, fils d’antifasciste italien engagé dans les FTP MOI, résistant et adhérant au Parti Communiste Français en novembre 1942 en même temps que son intégration au groupe Manouchian, et de Roger Trugnan, un des responsables des jeunes communistes de la MOI. Il comprend également des entretiens historiques, celui avec Julien Lauprêtre, résistant et président du Secours Populaire qui nous fait part de sa résistance et de sa rencontre en cellule avec Missak Manouchian. Celui de l’historien Serge Wolikow, qui a participé à des projets de recherche sur l’histoire de la Résistance et à l’étude des militants du mouvement ouvrier et enfin celui du cinéaste Robert Guédiguian.

a commander http://www.humanite.fr/node/558782?...

 

Soirée d'hommage à Nelson MANDELA

mandela.jpg

Dernière nouvelle, Manu DIBANGO

sera à la soirée d'hommage à Nelson Mandela au côté de

* Son Excellence Madame Dolana Msimang, ambassadrice d'Afrique du Sud en France,

* Son Excellence Monsieur Haël Al Fahoum, ambassadeur de Palestine en France,



* Son Excellence Monsieur Elias Sanbar, ambassadeur de Palestine auprès de l'UNESCO



* Madame Jacqueline Dérens, fondatrice de la Rencontre nationale avec le peuple d'Afrique du Sud (RENAPAS)



* et Mathieu Brunet, responsable national du Mouvement Jeunes communistes

sous la présidence de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, président du PGE et sénateur de Paris

lundi 9 décembre à 18h30,au siège du Parti communiste français,

Cette soirée sera retransmise en directe sur le site http://www.pcf.fr

 

HOMMAGE DES COMMUNISTES CORSES A NELSON MANDELA

mandela.jpg

Le déces de Nelson MANDELA suscite une immense émotion mondiale. Au delà des hommages de circonstance, les communistes corses saluent la ténacité, la volonté, le courage de l'homme.

Relayant en Corse les initiatives internationales pour sa libération, ils se souviennent de leur participation, avec le PCF et le journal "l'Humanité", aux actions militantes menées pour sa libération.

Son intelligence politique a permis que, sur un même territoire, se rassemblent les ennemis d'hier.

Que tous ceux qui saluent aujourd'hui l'Homme, prix Nobel de la paix, n'oublient pas que son action reste une source d'inspiration pour faire avancer le combat contre le racisme, pour la justice et l'égalité.

le secrétaire départemental du PCF - Maxime NORDEE

- page 1 de 4